• Accueil
  • > Archives pour juillet 2007

3 juillet, 2007

Les 100 jours de Sarko, étape 2, Hésitations ?

Classé dans : politique France — elis @ 17:55

 

Les 100 jours de Sarko

Etape 2, 60 jours. Hésitations ?

 

S’il fallait résumer l’impression générale après 60 jours il y aurait deux idées fortes à dégager :

 

  1. Une brillante politique internationale, d’un point de vue libéral s’entend, et un recentrage manifeste de la politique extérieure de la France sur une ligne nettement atlantiste qui doit faire grincer des dents au quai d’Orsay 
  • D’abord en Europe avec un Sarko qui s’est battu avec enthousiasme et efficacité pour son projet de traité simplifié, seul moyen de relancer l’Europe immobilisée par le double rejet néerlandais et français de la « constitution Giscard ». Et Sarko a réussi . Tous les dirigeants européens ont collaboré au maximum et en particulier A. Merkel et même T. Blair.Le sommet européen des 21 et 22 juin a relancé l’Europe . L’horizon est maintenant dégagé. Le nouveau traité simplifié, a faire ratifier par les 27 d’ici 2009, va permettre à l’Europe de recommencer à travailler. Bravo à Sarko mais aussi à tous les autres.
  • Ensuite au Darfour ou les grandes puissances tentent d’imposer un semblant d’ordre civilisé au président du Soudan en demandant à l’ONU et à l’Union africaine de dépêcher sur place des forces de paix. Sur ce dossier France et USA ont la même approche. Il faudrait tout de même arrêter le massacre (200000 morts en 4 ans) et la barbarie. La France, toute proche au Tchad, sera nécessairement impliquée. Sarko et Kouchner le savent mais n’ont pas reculé. Au nom simplement de plus de paix et de miséricorde pour les populations du Darfour massacrées, ils tentent de faire quelque chose et ils ont raison. Pour une fois la France se lance dans un combat juste et désintéressé et ne se préoccupe pas seulement de ses intérêts bien compris ou de « réal politik »
  • c. Enfin au Moyen Orient ou l’on refuse toute aide et tout dialogue avec le Hamas de Gaza dont la barbarie (voir la façon dont leur prisonniers du Fatah ont été traité: mutilations des membres inférieurs ou exterminations du haut des immeubles) et l’extrémisme religieux et fanatique ne pourront être réduit que par un endiguement maximum poussant leurs responsables à venir un jour à récipicience.

2 En politique intérieure, quelques cadeaux fiscaux et beaucoup de concertation. Difficile de dire encore si cela conduira vers quelque chose de sérieux et encore moins si Sarko a une véritable stratégie de rupture en tête et dans quel sens il souhaite aller. Comme le titait récemment un grand quotidien du soir, la politique économique de Sarko est un objet nouveau « non identifié ». Créditons le pour le moment d’un dynamisme impressionnant et d’une grande habileté ou prudence. Rappelons ci-dessous ce qui est fait ou en cours : 

  • Le gouvernement consulte et travaille sur « le paquet fiscal » et les mesures annoncées sont sur les rails :intérêts d’emprunts,abattements sur les successions, bouclier fiscal à 50% au lieu de 60% (quelle révolution !!), peut être credit d’ISF pour les investissements dans les PME et surtout réductions d’impôts et de charges pour les heures supplémentaires.Il affiche toujours son intention de ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.
  • Peut être plus important, malgré l’échec relatif au second tour des législatives, largement imputable au remarquable effet d’intox sur la « TVA sociale », initialisée par Fabius et relayée par toute la gauche et les médias en 8 jours, Sarko n’a pas, officiellement , battu en retraite sur ce point malgré les démarches pressantes de sa majorité et de J.P. Raffarin en particulier. Il a eu raison car le sujet est majeur. On ne fera pas reculer le chômage en France si on ne se décide pas à transférer les charges de la politique familiale ou de la grande dépendance  vers la TVA ou la CSG. Ceci dit le dossier ressortira t il un jour ? Il semble que oui si l’on se fie au discours d’investiture de Fillon devant l’A.N.

 

3 EN CONCLUSION,

  •  Une très dynamique et très satisfaisante orientation de la politique étrangère de la France pour ces 60 premiers jours, des cadeaux fiscaux en préparation pour les classes moyennes et les heures supplémentaires qui devraient relancer la consommation, le gouvernement l’espère, et un début d’entrée dans un dossier plus risqué – celui des universités- sur lequel il semble bien qu’on se soit précipité pour supprimer à la hâte tout ce qui risquait de fâcher: pas plus de sélection qu’avant et toutes les universités sur le même pied pour tenter d’introduire sur 5 ans un peu plus d’autonomie. On peut douter que cela redonne en quoi que ce soit un peu de tonus- car une fois de plus toute idée de compétition a été refusée- aux universités françaises qui en auraient bien besoin eu égard à leurs rangs médiocres dans les classements mondiaux.

 

  • Si, comme le dit haut et clair le gouvernement, l’objectif est bien, sur les 5 ans de la législature, de ramener le taux de chômage à 5% (rappelons en particulier que la baisse miraculeuse du chômage à 8% repose essentiellement sur de la «créativité statistique» et sur la création massive d’emplois administrés par Villepin) et de rétablir l’équilibre budgétaire (que les mesures en cours vont creuser inévitablement, sans parler des déficits jumeaux des retraites et de l’assurance maladie qui s’aggravent), il faudra bien plus que les «gentilles» mesures annoncées pour y parvenir et ce gouvernement devra sans doute s’attendre à des jours autrement difficiles.

 

Journal d'1 République... |
sarkosy un espoir pour la f... |
Sylvie Trautmann |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Union Pour le Développement...
| Vu de Corbeil-Essonnes
| ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU...