26 septembre, 2007

Ou va Sarko ?

Classé dans : politique France — pyrrhon @ 21:04

 

OU VA SARKO ?

Dieu seul le sait.

Les déficits se creusent, les innombrables chantiers de réforme semblent bien modestes ou d’un telle prudence qu’on ne les voit pas très bien, pour le moment, résoudre les problèmes de la France. Sur les vraies réformes qui seraient indispensables- retraites , poids exorbitant du secteur public, flexibilité du droit du travail, déficits structurels des comptes sociaux, rigueur budgétaire et diminution de la dette, mise en concurrence progressive des services publics,  etc…on hésite ,on recule , on papillonne.

Seuls domaines ou de vrais changements semblent mis en œuvre : la politique étrangère c’est une quasi certitude -bravo B.Kouchner- et peut être l’immigration.

Franchement, ce ne sont pas les modestes franchises qui vont arrêter les déficits béants de la sécu. Pas plus que la modeste réforme des régimes spéciaux ne réglera le problème des retraites,  pas plus que la réforme des heures supplémentaires , à elle seule, ne relancera la croissance, pas plus qu’une amélioration prudente de l’autonomie des universités n’améliorera la qualité de notre enseignement supérieur. Quant au chômage, officiellement aujourd’hui à 8,4, il n’y aura plus les multiples solutions de créations d’emplois para administratifs pratiquées par Villepin pour faire baisser la pente. Le chômage va donc au mieux stagner, au pire s’aggraver.

Enfin que dire de ces déclarations tonitruantes et ridicules de Sarko :

  • contre la BCE, sommée de baisser ses taux alors que la création de la masse monétaire est dèjà de 12% par an, que l’Euro fort nous préserve fortement de l’inflation importée sur les matières premières…et que toute l’Europe nous invite plutôt à mettre de l’ordre dans nos finances et à entamer de vraies réformes de structures.
  • contre les chinois, étrangers et autres indiens qui nous inonderaient de produits fabriqués dans des pays ou on ne respecte aucun droits sociaux ! Sarko devrait réviser ses connaissances économiques et se rappeler, qu’il n’y a pas si longtemps, nous avons, nous aussi commencer par là, mais surtout en bien pire que chez les susnommés aujourd’hui. Ce n’est pas en érigeant des barrières, fussent elles psychologiques, contre les produits des PVD que nous aiderons ceux-ci à se développer.
  • Sans parler de son discours à l’ONU, un ramassis de lieux communs éculés -était ce la patte de Guaino ?  Il faut changer le monde , faire régresser la pauvreté et créer un développement durable. Génial.  Il fallait y penser.

 

Avec le budget 2008, enfin, les choses sont malheureusement trop claires. Sarko/Chirac même combat. Quelques formules tapageuses- avec Chirac, c’était « la réduction de la fracture sociale » et avec Sarko c’est « travailler plus pour gagner plus »- et ensuite : RIEN ! un budget toujours et de plus en plus déficitaire, surtout pas de rigueur (nos hommes politiques, de gauche comme de droite, en ont une trouille bleue) et toujours la même croissance mythique qui devrait revenir (2,2% dans le budget alors que beaucoup l’attendent à 1,8%) et  résoudre tous les problèmes. Dommage qu’en France elle ne vienne jamais comme nous l’annonce nos gouvernants !

 

Dans ce bilan trop maigre y a t il quand même quelque chose de positif ?

Les plus optimistes nous disent qu’il était trop tôt pour faire quelque chose de sérieux et qu’il fallait d’abord changer les mentalités, faire comprendre aux français qu’il faut travailler plus , leur faire adopter la mondialisation et les amener à accepter progressivement les changements nécessaires.

Reconnaissons qu’il y a parfois quelques messages bienvenus : il faut travailler plus pour faire repartir la croissance, notre modèle social prend l’eau, il va falloir le rénover, notre fonction publique doit gagner en efficacité…oui, oui, bien sûr. Mais comment fait on ? et quand faut il commencer ?

Les sondages d’opinion démontrent sans l’ombre d’un doute que les français sont inquiets pour leurs enfants,  qu’ils savent que la dette est trop élevée et qu’ils savent aussi qu’il faudra bien un jour se décider à allonger les dates de départ à la retraite. Alors pourquoi présenter un budget 2008 aussi laxiste, ne supprimer que 22700 emplois de fonctionnaires( 1 sur 3 au lieu de 1 sur 2 annonçés) et se refuser  à débuter une véritable politique de rigueur ? On nous dit que la RGPP qui s’appliquera de 2009 à 2012 permettra de restructurer les services publics de manière efficace. On peut en douter. RCB et LOLF n’ont jamais rien réglé. Mieux eu valu tenir que courrir.

On dirait que malheureusement, quelque soit leur bord, nos hommes politiques ne se refont pas.

 

 

Commentaires desactivés.

Journal d'1 République... |
sarkosy un espoir pour la f... |
Sylvie Trautmann |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Union Pour le Développement...
| Vu de Corbeil-Essonnes
| ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU...