• Accueil
  • > Archives pour décembre 2007

30 décembre, 2007

L’OVNI SARKO…N’EST PAS REAGAN

Classé dans : politique France — elis @ 11:30

 

L’O.V.N.I.  SARKO n’est pas Reagan

 

Après huit mois, Sarkozy semble bien demeurer un « Objet (politique) Vibrionnant  Non (mal)  Identifié). . Du cafouillage parfois et des  réformes de fond qui tardent faute de réelle volonté politique peut être ou d’un langage clair et d’idées simples…à la « Reagan ».

 

Quelque soit le domaine abordé – politique étrangère, politique intérieure, politique sociale et économique- on est dans l’expectative et souvent dans la contradiction quant aux politiques qui seront suivies

 

  • 1. POLITIQUE ETRANGERE

 

  • LE VIRAGE LIBERAL: ATLANTISME, EUROPE, LIBAN ET SYRIE, IRAN, DARFOUR, AFGHANISTAN.

 

  • o Atlantisme dans son discours aux Américains
  • o Relance efficace de la construction européenne en évitant le piège du referendum et ses menaces démago ou populistes
  • o Liban: face à la Syrie , en ligne avec la diplomatie américaine, on tente de soutenir des élections sans violence tout en préservant les pro occidentaux face au Hamas et à ses soutiens syriens
  • o Iran ,on soutient s ans réserve la politique de pressions US sur le régime et , même on l’accentue!
  • o Darfour, même alignement sur les USA et le ressenti du public américain et tentative de monter un nouvelle force d’action humanitaire ou la France s’engagerait sérieusement. (C’était avant «l’Arche de ZOE»).
  • o Dernière surprise d’avant noël, le voyage éclair en Afghanistan avec B.Kouchner, R.Yade, et A.Glucksmann pour faire soutenir le Président KarzaÏ et lui confirmer que nous lutterons à ses côtés contre tous les fanatismes qui menacent ce pays si fragile.

 

  • LA CONTINUITE CHIRAQUIENNE: AFRIQUE CENTRALE, KADHAFI, POUTINE, LES FARC, BOUTEFLIKA, PROJET D’UNION MEDITERRANEENNE, VENTE D’ARMES ET DE NUCLEAIRE.

 

  • Tchad et Centre Afique: on ménage fortement les dirigeants en place qui n’ont rien de parfaitement démocratiques, et,même, on se fait manipuler par eux (Arche de Zoé). C’est vrai qu’ils ont du pétrole à vendre!
  • Avec la Lybie c’es le comble . Pour placer Areva et Thales, et au passage, coup de pub, terminer avec Bruxelles (et Cecilia), la libération des infirmières bulgares , on déroule un tapis rouge et on se fait couvrir de ridicule par l’ex dictateur lybien dont le repentir reste encore à démontrer.
  • On félicite chaleureusement Poutine pour sa douteuse et si démocratique réelection.
  • On passe par-dessus la tête d’Uribe en Colombie pour aller traiter les Farc comme un pouvoir légitime,…mais quelle influence a donc la famille «bobo» des Bettancourt?
  • Enfin, la grande idée d’union mediterranéenne, parfaitement creuse, et qui pose des problèmes pour l’Europe, et le voyage en Algérie pour faire des courbettes à la nomenklatura militaire algérienne à laquelle on espère bien vendre du nucléaire, soit disant civil, et de l’armement, tout en obtenant quelque miettes supplémentaires sur nos contrats gaziers au prix d’un renforcement non souhaité de l’immigration algérienne en France dont Bouteflika se satisfait pleinement. Pas vraiment la politique d’une grande démocratie occidentale assurée d’elle-même mais bien de la «real politik» assez minable car on est même pas sûr que les contrats recherchés aboutissent.
  • On ne jettera pas la pierre à B.Kouchner qui manifestement dans cette longue liste n’est pas à la manœuvre. Mais on reconnaîtra ici la patte de Sarkozy: pragmatisme si l’on est gentil, mais aussi communication exacerbée, medias, agitation et opportunisme. Tout cela manque de sérieux et de conviction et jette une ombre bien malencontreuse sur la personnalité réelle de notre président «bling, bling»

 

 

  • 2. POLITIQUE INTERIEURE

 

  • Ouverture à gauche, dialogue complice avec les syndicats, réforme constitutionnelle modeste mais bienvenue sur propositions de la Commission Balladur avec de réels avantages pour l’opposition. Habileté et sens du dialogue peut être.
  • Mais au bout du compte peu d’avantages à en attendre et surtout ralentissement et blocages renforcés pour tout projet de réforme sérieux. Attentisme et manque de courage sans doute. Toujours les contradictions dans les faits qui font qu’il est toujours aussi difficile de se prononcer.

 

  • 3. POLITIQUE ECONOMIQUE ET SOCIALE

 

  • Beaucoup de grands mots, une infinité de chantiers ouverts et de commissions au travail: réforme de l’Etat dite RGPP, Commission Attali sur la croissance, Grenelle de l’environnement, négociations Medef- syndicats sur le marché du travail, chantier fiscal 2008 dit RGPO, «détricotage» supposé des 35 heures, régimes spéciaux de retraites et révison plus larges attendues pour 2008, mission Larcher sur l’hôpital, réforme de la justice ramenée pour l’instant à la seule réforme de la carte judiciaire etc,etc….
  • Mais rien de vraiment important, pour le moment, des discussions sans fin sur le moindre projet et des montagnes accouchant de souris quand quelque chose débouche.
  • L’exemple le plus frappant la réforme des universités: pas de sélection à l’entrée, un peu plus d’aide pour des étudiants… qui seront encore plus nombreux à s’inscrire dans des filières voix de garage, et une autonomie de gestion pour les présidents d’Université mesurée au compte goutte et marquée au sceau de l’égalitarisme. Ce n’est pas avec cela qu’on créera les Harvard ou les M.I.T de demain et que les entreprises françaises deviendront les indispensables animateurs de nos campus.
  • Le pouvoir d’achat maintenant: en soi le dossier est suicidaire et il ne fallait surtout pas l’ouvrir. Si c’est pour augmenter 7 millions de fonctionnaires ou assimilés alors que les finances publiques sont dans l’état que l’on sait et que l’inflation menace, c’était évidemment le piège à éviter, n’en déplaise aux medias et à X.Bertrand qui veut châtier les entreprises qui n’ouvriraient pas immédiatement de négociations salariales avec les syndicats, ce qui sent son stalinisme bon tain. Quant au fond, espérer que la réforme des lois Galland dans la grande distribution ou les avantages donnés aux heures supplémentaires résoudront le problème du «pouvoir d’achat» est une pure illusion. On créera de nouvelles usines à gaz, c’est certain, mais rien de décisif alors qu’il eut été si simple, si Sarko avait eu des idées claires…et

 

  • SI SARKO EUT ETE REAGAN

 

  • D’expliquer que la croissance, l’emploi, et le pouvoir d’achat, c’est, avant tout et, prioritairement, la baisse des prélèvements obligatoires et l’assouplissement du droit du travail (c’est parce que l’Etat et ses satellites sociaux sont trop lourds, impotents et inefficaces au regard de tous les critères coûts/efficacité des enquêtes internationales les plus récentes, que les entreprises françaises, hors celles du CAC 40 totalement engagées dans la mondialisation, sont asphixiées, corsetées , insuffisamment compétitives et trop peu nombreuses. Or c’est là et seulement là,que peuvent se faire la croissance et les gains de productivité que les services de l’Etat ,par nature, sont incapables de faire, leur logique n’étant pas de mieux gérer mais d’embaucher à tout va et de toujours distribuer plus. Or qui payeces politiques dispendieuses des services publics sinon les entreprises et les contribuables, les uns et les autres ne pouvant faire plus aujourd’hui au regard de toutes les comparaisons internationales qui affichent nos taux de prélèvements obligatoires et nos impôts parmi les plus élevés du monde. Ce qu’aurait donc du faire le gouvernement selon nous (nous ne pêcherons pas cette fois ci par fausse modestie), c’est:
  • d’afficher une contrainte absolue de diminution des prélèvements obligatoires de 1% par an pendant cinq ans et d’expliquer pourquoi en appelant à la rescousse tous les économistes sérieux d’ici et d’ailleurs. Bien peu auraient contredit.
  • d’annoncer des modifications approfondies à mettre en œuvre sur 2 ans maximum, en concertation avec les partenaires sociaux, et avec le maximum d’experts réunis en conclave, en se focalisant sur les secteurs clés du malaise français:
  • révision des politiques publiques: mieux gérer pour

mieux éduquer,

 mieux soigner

mieux protéger

mieux administrer

  • Faire mieux à moindre coût , impératif absolu!Tous nos voisins le font. Il serait temps de s’y mettre! On ne peut continuer à laisser grossir une dette, due aux dérives des déficits publics, en laissant demain à nos enfants la facture de la banqueroute.

 

  • révision des 35 heures: plus de travail pour gagner plus, enfin un bel et un excellent objectif retenu par le gouvernement.
  • suppression de l’ISF: plus d’argent en France pour investir plus, l’investissement étant prioritaire.
  • révision de la représentativité syndicale:une meilleure représentativitépour plus de justice sociale,
  • révision du droit du travail: plus de souplesse pour plus d’embauches
  • et dans la «com»: insister sur le moins d’Etat,moins de textes et plus de simplicité mais aussi sur plus de responsabilités pour tous!

 

  • 4. EN GUISE DE CONCLUSION

 

  • Si Sarko eut été Reagan voilà sans doute ce qu’il nous aurait dit et les lignes directrices simples et claires qu’il aurait fixé à son gouvernement. Reagan était un grand «communicant». Sarko l’est tout autant. Mais Reagan, quoique fort simple, était aussi un homme de grandes convictions. Il n’est pas sûr que sur ce point notre président Sarko le soit tout autant.Il arrive même qu’on en vienne à se demander si, dans le domaine des convictions, il ne serait pas plutôt du bois dont on fait les flûtes, le dernier à parler ayant toujours raison.
  • Et malheureusement les fêtes de fin d’année à Louksor et Charm el Cheikh avec Clara Bruni jettent une ombre encore plus inquiétante sur le président «bling bling». Car cette fois il ne s’agit plus de maladresse mais d’inconscience et de provocation. Mitterand et Chirac , comme tout homme connaissant mal le grand luxe par ses origines, se sont fait un plaisir de le découvrir et d’en profiter, mais ils ne le criaient pas sur les toits et restaient fort discrets et dissimulés sur le sujet. C’étaient encore les fonds secrets qui finançaient et les moyens présidentiels semblaient encore «modestes». Avec Sarko , on s’affiche. On change de femmes comme de chemises et l’on joue le clinquant et l’ostentatoire du nouveau riche. Le moins que l’on puisse dire c’est que son image va en prendre un certain coup, et pas seulement chez les électeurs de gauche. Pas très encourageant pour les affaires sérieuses et le travail qu’il faudrait faire pour la France.
  • Comment un chef peut il mener son peuple vers «du sang et des larmes» s’il ne commence pas lui-même par montrer l’exemple? Ce que vient de faire Sarko le disqualifie pour ce type de leadership. A moins qu’il n’ait pas compris que la France avait besoin de rigueur ou encore qu’il considère que son côté glamour et people lui apportera de nouveaux électeurs, ce qui resterait à démontrer.

 

 

Journal d'1 République... |
sarkosy un espoir pour la f... |
Sylvie Trautmann |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Union Pour le Développement...
| Vu de Corbeil-Essonnes
| ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU...