• Accueil
  • > Archives pour février 2008

29 février, 2008

L’etape de la dernière chance

Classé dans : politique France — elis @ 19:15

 

 Une  dernière chance pour agir après les municipales

Les municipales approchent et après elles la dernière chance pour ce gouvernement d’engager enfin les réformes dont la France a besoin tout en sachant, comme le disent tous les gens sérieux, que leur effet ne se fera pas sentir tout de suite et aussi qu’avec le ralentissement économique mondial qui se profile, la France, avec 1,6 % ou 1,7% de croissance probable en 2008, a toutes les chances de voir ses déficits publics se creuser, le chômage augmenter et la dette en faire autant . Mal parti le renouveau Sarkozien.

 

Les réformes à faire pour éviter que les quatre années à venir ne soient de nouveau quatre années perdues, après les vingt ans et plus d’immobilisme qui ont précédé sont parfaitement connues : il faut diminuer les prélèvements obligatoires, abaisser la part du secteur public dans le PIB, « flexibiliser » le droit du travail, supprimer l’ISF, amener la durée légale du travail au-delà de 35 heures sans le dire, instaurer une forme ou une autre de TVA sociale et régler de façon sérieuse cette fois ci le problème des déficits jumeaux des retraites et de l’assurance maladie.

.

Faire tout cela ne sera pas facile mais si, sur les quatre années qui restent, les prélèvements obligatoires baissaient déjà de 1% par an, un grand progrès serait accompli. Tous les pays développés qui ont osé cette démarche ont vu la croissance repartir, le taux de chômage diminuer, la dette publique régresser et l’équilibre budgétaire revenir.

 

Ces éléments fondamentaux le gouvernement et l’UMP les  connaissent parfaitement

 

Leur mise en œuvre serait elle tellement impossible ?

 

La démarche prendra certes des aspects provocateurs et d’aucuns , dans la majorité, ne manqueront pas d’ajouter, suicidaire politiquement, mais c’est bien pourtant ce dont la France a besoin et si quelque chose était tenté, qui sait pour 2012 tout ne serait peut être pas perdu pour l’actuelle majorité.

 

Alors que faudrait il faire ? Encore une fois ce site, d’inspiration libérale, ne manquera pas de le rappeler mais sans grande illusion à vrai dire .Tout le souhaitable ci-dessous ne sera sans doute jamais accompli.

Enumérons tout de même l’essentiel :

 

.

  • 1. abandonner toutes réformes non prioritaires (du genre réforme de la carte judiciaire ou fin de la pub sur les télés publiques) accessoires ou conjoncturelles. Le champ d’application est vaste bien entendu car il faut bien aussi sacrifier aux médias et à leur goût du futile et de l’éphémère.
  • 2. travailler essentiellement la réorganisation rationnelle des services de l’Etat: ne pas remplacer bien sûr les fonctionnaires du baby boom qui partent en retraite, ne pas donner plus en pouvoir d’achat, glissements hiérarchiques compris, que le strict maintien du niveau de vie, et jouer à fond les mesures indiquées par les RGPP et RGPO. Moins de fonctionnaires, plus responsables et parfois mieux payés est une excellente ligne politique. Il faut l’oser, le dire et le faire.
  • 3. expliquer, réexpliquer et oser dire que la France, pays encore très riche, doit réduire ses déficits, diminuer sa dette et ne plus tirer des traites sur les générations futures. Les français dans leur immense majorité ont déjà parfaitement compris cette nécessité.
  • 4. Pour investir la France a besoin d’argent, celui des français d’abord, qui doivent être inciter à investir ailleurs que dans le seul secteur immobilier, et celui des étrangers aussi. Suppression de l’ISF et développement maximum de l’actionnariat et de l’intéressement salarié, si possible protégé, sont des mesures essentielles.
  • 5. Le contrat de travail ne va pas assez loin dans la flexibilité négociée par les partenaires sociaux. Il faut tenter d’aller plus loin.
  • 6. Et parce que les services privés ne sont pas seulement «d’affreux profiteurs» mais aussi et surtout les éléments majeurs et essentiels du progrès économique lorsque la concurrence joue pleinement son rôle et que, pour survivre ou se développer, les entreprises privées doivent constamment se réorganiser , inventer et gagner en efficacité, il faut faire jouer avec plus d’audace la concession de service public, dans la santé, dans les transports, dans l’éducation, dans la police et, pour nous résumer, dans tous les secteurs publics ou les comparaisons étrangères montrent, sans l’ombre d’un doute possible, que trop de nos grands secteurs publics deviennent lourds, inefficaces et peu performants et que cela ne s’améliore pas parce que tout ceci est profondément structurel et n’a rien à voir avec les efforts de chacun et les meilleures volontés des gouvernements ou des individus.
  • 7. Il y a aussi l’Université. Bien sûr qu’il faut aller vers la plus large autonomie possible mais aussi la sélection à l’entrée. Si l’on ne sélectionne plus les élites par l’intelligence et le travail il ne reste plus que l’argent et les relations. On ne peut pas dire que ce soit un progrès pour la nation.
  • 8. Enfin les retraites: il faut allonger d’au moins deux ou trois ans les périodes d’activité pour tous.
  • 9. Quand à la sécu, il faut que les patients payent plus et soient responsabiliser sur leurs abus de consommation santé et que les médecins qui veulent pratiquer des honoraires libres soient éliminés du conventionnement SS. Tarifs libres OK mais alors aucune prise en charge par la sécu. Et arrêtons de payer les ophtalmos et les pédiatres plus chers que les généralistes. Enfin l’hopital public budgèté au nombre d’actes nomenclaturés effectués bien sûr, tout comme le secteur privé.

 

On peut s’arrêter ici car si déjà 50% de ce programme était fait ce ne serait pas si mal  Tout juste pourrait on espérer encore que les mesures Attali ne soient pas toutes jetées au placard, non plus que les mesures Balladur, car beaucoup seraient de véritables progrès, et pour la croissance et pour la démocratie française.

Mais à vrai dire difficile d’y croire encore quand on sait la déculottée qui s’annonce pour l’UMP aux municipales et quand on constate encore tous les jours, et la déprime des français et leur attachement de toujours, fussent ils de droite, aux solutions socialo étatistes.

 

 

Journal d'1 République... |
sarkosy un espoir pour la f... |
Sylvie Trautmann |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Union Pour le Développement...
| Vu de Corbeil-Essonnes
| ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU...