13 avril, 2008

La rigueur, le gouvernement, la communication

Classé dans : Economie,politique France — elis @ 16:14

Rigueur ou pas rigueur

En matière de communication, il parait que le président Sarkozy est un grand maître ; on doit donc admettre que si ce gouvernement cafouille tellement sur la réforme des services publics c’est qu’il ne doit pas savoir non plus pourquoi il la fait.

La confusion et la nullité de cette communication est frappante dans les deux domaines essentiels ou les explications devraient être massives, assurées, pédagogiques, éclairantes :

  • Pourquoi faut il baisser les dépenses publiques?
  • Comment s’y prend t on? Qu’est ce qui est prévu?

 

LA REFORME : POURQUOI ?

 

Nous l’avons déjà dit la réforme des services publics est la mère de toutes les réformes si l’on veut que la France se sorte d’affaires.

Au contraire des 35 heures, sinistre invention franco française, que la France seule a voulu lancer envers et contre tous (aucun pays étranger n’avait jamais envisager une telle politique), on sait aujourd’hui, tant les exemples sont nombreux, que le meilleur moyen de donner du souffle à une économie et de faire baisser le chômage, c’est de diminuer le poids des services publics dans le PIB et d’accroître leur efficacité. Faut il rappeler les chiffres ?

  • Poids des services publics en France: 46% du PIB, en Europe: 40%, en GB: 37 %, aux USA: 35%; en moyenne OCDE: 37%. La Suède, pays de tradition socialiste s’il en fut, est passée de 70% à 50% en 12 ans, l’Allemagne ,malgré le fardeau de la réunification, de 52% à 45% en 7 ans. Nous ne serons pas capable de les imiter.
  • Tous les pays qui ont fait l’effort de moderniser et de rendre plus efficaces leurs services publics ont vu leur taux de chômage revenir progressivement vers les 5%. La raison en est tellement simple qu’on ne comprend pas pourquoi le gouvernement ne le crie pas tous les jours sur les toits .Baisser le poids des services publics,c’est baisser le poids des impôts et des prélèvements obligatoires. C’est donner plus de marges à l’économie. Plus d’argent pour les citoyens pour acheter. Plus d’argent aux entreprises pour investir et , en définitive, plus de croissance, donc plus de recettes pour l’état, plus de moyens pour les budgets sociaux et enfin moins de chômage.
  • Qu’une telle évidence , criante à l’étranger, ne soit jamais évoquée en France, ni par ce gouvernement, ni par les médias, relève d’une franche imbécillité ou d’un prêt à penser tellement pesant qu’il en est tout simplement désastreux.
  • Les insuffisances de productivité du secteur public français sont criantes à l’aune de toutes les comparaisons internationales.
    •  30% de plus de policiers au nombre d’habitants
    •  30% de plus d’enseignants au nonbre d’élèves scolarisés et un recul constant de la qualité de l’ enseignement français dans les classements internationaux
    • des administrations centrales et locales pléthoriques et des taux de croissance dans les régions, (encore 6% cette année), qui dépassent de loin ce que notre maigre croissance de 1,6% en PIB permettrait de s’offrir.

LA REFORME : COMMENT ?

  • D’abord en expliquant que notre situation n’est pas brillante et que tous les indicateurs, ou presque, sont au rouge. Déficits des fonds sociaux, déficit des retraites, déficit de l’assurance maladie. Déficit du budget, 50 milliards aujourd’hui, déficits des collectivités locales, déficit des comptes extérieurs. Poids de plus en plus insupportable et coûteux de la dette. Emprunt pour payer les déficits de fonctionnement. Plus mauvais élève européen pour le déficit courant et l’un des plus mauvais avec l’Italie, pour la dette. Il n’y a vraiment pas de quoi être fier et encore moins de trop minimiser les problèmes.
  • Paradoxalement, pour faire connaître cette mauvaise passe, la meilleure communication auprès des français nous vient de la gauche. Elle, qui veut absolument enfoncer ce gouvernement, n’hésite pas à clamer tous les jours la débâcle de nos comptes publics. Et, grâce à elle, les français de tous bords l’ont parfaitement compris.Que ce gouvernement n’ose même pas dire qu’un plan de rigueur est nécessaire relève, bien sûr de la pétoche, mais révèle surtout que ce gouvernement n’ira probablement pas très loin dans ce qu’il faudrait faire. En ne disant pas que la rigueur est indispensable, il se garde la possibilité d’en faire le moins possible.

Idem pour les annonces d’économies à ce jour. Une grande confusion règne. 

  • Un premier train de 5 milliards est annoncé, dont la gauche ne manque pas de souligner la minceur après les 12 milliards donnés aux riches dans la loi TPA (en fait 5milliards). Eric Woerth a par ailleurs annoncé deux éléments importants, curieusement très peu repris depuis lors:
  • un second train d’économie de 5 à 7 milliards serait prévu pour l’été dans le cadre de la RGPP
  •  puis de nouvelles économies chaque année d’une dizaine de milliards entre 2009 et 2012 de manière à nous ramener à l’équilibre budgétaire en fin de législature.
  • Que fera t on en définitive et quelle est la volonté réelle d’aller jusqu’au bout? Mystère bien sûr. Le gouvernement n’est pas une direction d’entreprise inflexible qui sait ce qu’elle doit faire pour éviter que le bateau sombre et qui n’a pas d’autres choix que d’être dure. Le gouvernement, lui, a plusieurs choix possibles. S’il ne fait rien, il aura moins de stress, moins d’incendie à éteindre, moins de manifestants dans les rues et si tous les comptes sont encore un peu plus dégradés, il pourra toujours invoquer la crise mondiale et la mondialisation. Il est à craindre que la prochaine intervention du président annoncée pour fin avril ne soit, de nouveau, que diversions et mesures secondaires, l’essentiel étant repoussé une fois de plus.

1 avril, 2008

Trombinoscope du gouvernement

Classé dans : politique France — elis @ 18:23

 

Vu par un citoyen lambda, ce gouvernement, comme tout groupe humain, n’est pas homogène.

A tout seigneur tout honneur, Sarkozy m’apparaît de plus en plus comme une girouette politicienne dont le tropisme s’exerce prioritairement en direction des sondages et des medias. Pas de ligne politique bien claire non plus que de convictions profondes, d’où les nombreuses contradictions qui émaillent ses discours et ses apparitions publiques. Le ludion du pouvoir n’est certainement pas l’homme d’état dont la France avait besoin. Il n’est ni Angela Merkel, ni Tony Blair, ni Waclav Havel et encore moins Aznar ou Berlusconi vrais leaders de droite. Sarkozy est un espèce d’Edgar Faure à la sauce V° république, le côté bling bling en plus.

N’ayant pas grand-chose de bon à attendre de lui, peux t on compter sur son entourage ?

Comme dans toute société humaine je vois ici du bon et du moins bon.

  • Les exécutants
  • Les nuisibles
  • Les bénéfiques

 

LES EXECUTANTS

 

Il y a d’abord les bons exécutants qui suivront nécessairement la ligne du chef et qui ne s’en écarteront pas :

  • C. Lagarde, par exemple. Elle appliquera ses lettres de mission. Elle les enterrera quand on lui demandera de le faire. Une femme honnête , consciencieuse et travailleuse avec une belle prestance de juriste de grand cabinet international, un bon exécutant à ce niveau. Rien d’autre. Ce n’est certainement pas d’elle que viendront les corrections indispensables aux errements et erreurs de son président .
  • A la défense, Hervé Morin, centriste bon chic, bon genre est du même tonneau. Pas grave car ici aucune priorité ne s’impose sinon une bonne gestion. H. Morin est il autre chose qu’un ministre d’opérette qui soigne sa petite fortune personnelle. J’en doute mais peu importe car une fois encore, aucune priorité d’envergure dans ce ministère.
  • A l’intérieur, le cas Halliot Marie est plus intéressant. Encore une exécutante correcte, plus proche bien sûr des opposants à Sarkozy au sein de l’UMP que quiconque au sein du gouvernement, capable donc de défendre certaines positions personnelles dans ce grand ministère régalien de l’Etat. Police ou gendarmerie je ne connais pas ses préférences. Parions cependant que ce n’est certainement pas elle qui s’attaquera au trop plein d’effectifs de notre police nationale, non plus qu’elle pourrait être une grande animatrice de services de police et de cadres qui lui ferait entièrement confiance.
  • Fidèle d’entre les fidèles de sarko, Rachida Dati, et pour cause, elle lui doit tout et un peu plus encore. C’est une battante et une dure. Pas mal à la justice sauf qu’elle appliquera scrupuleusement ce que Sarkozy lui demandera de faire. A commencer par la réforme de la carte judiciaire, certes intéressante, mais qui n’était pas prioritaire dans ce grand ministère rongé par un corporatisme hautain et agressif.
  • Du côté des secrétaires d’état, pas mal de sherpas fidèles et à toute épreuve pour aller dans le sens de Sarko: Nadine Moreno, Roselyne Bachelot, Valérie Pécresse, Christine Albanel etc…même si chez les deux dernières pourraient surgir des pointes d’indépendance
  • Mais fi de cette catégorie des exécutants et passons maintenant à ceux qui m’apparaissent comme une vraie plaie pour ce gouvernement

 

LES INFLUENTS « NUISIBLES » :

 

  • A tout seigneurs tout honneurs, j’en vois deux principalement, MM H.Guaino et X. Bertrand: les deux ont manifestement l’oreille du Président de la République. Les deux se situent dans la tradition franc maçonnique, laïque et centriste de la France proche du PS, des syndicats représentatifs, de l’Administration. Aucun des deux n’est proche de l’entreprise ou de l’économie. Bertrand a déjà annoncé la couleur avec les syndicats , très copain/copain, et avec les entreprises , très directif et prêt à sévir. Son ambition le ronge. Poussé par Sarko au comité de direction de l’UMP, il n’aura de cesse de caporaliser un peu plus ce grand parti théoriquement de droite et d’en faire une marionnette au service du Président. S’il réussit bien il sera premier ministre et il le sait. Un désastre en perspective s’il y arrive.
  • Dois je insérer JL Borloo dans cette catégorie? J’avoue ne pas le savoir. Brillant avocat d’affaires. Homme politique habile (trop?) qui cache ses véritables intentions sous une démagogie facile. A-t-il vraiment compris ce qu’il fallait pour la France et pourrait il agir dans le bon sens auprès de Sarkozy? Les contradictions flagrantes du grenelle de l’environnement ont montré ses qualités évidentes pour jeter de la poudre aux yeux et depuis pas grand-chose, sinon cette décision absurde sur les OGM pour faire plaisir à José Bové. Pas vraiment reluisant.

 

LES INFLUENTS « BENEFIQUES » :

 

J’en vois trois principalement dont on peut être sûr à la fois qu’ils ont des convictions et de bonnes idées mais aussi qu’ils les défendront sans trop reculer:

 

  • Bernard kouchner,( et n’oublions pas Rama Yade excellente à ses côtés ). Avec ce binôme, on est bien dans le domaine d’une véritable révision de la politique cynique de la France en matière étrangère depuis des décennies. Risettes aux dictateurs , manipulation de la pauvre Afrique et «contrage» systématique des politiques de rétorsions économiqes tentées par les Etats-Unis vis-à-vis des régimes les plus inquiétants de la planète tels qu’ Irak de Sadham, Iran , Corée du nord ou Talibans.
  • Sans doute Brice Hortefeux à l’immigration. Avec lui, on a l’impression que discrètement les lignes bougent. Reconduites aux frontières plus nombreuses. Moins de laxisme, et début d’application des lignes fixées pour une immigration choisie au lieu d’une immigration subie, dont on mesure tous les jours l’ampleur des problèmes qu’elle pose . A quand le contrôle efficace du regroupement familial avec des tests ADN qui feront vraiment reculer les fraudeurs? Peut être en cours.
  • Et puis, enfin, un ministre que j’adore , qui a le plus mauvais rôle, mais qui sait exactement ce qu’il doit faire, Eric Woerth. Lui se consacre sans reculer et avec pas mal de courage et de talent pédagogique à la mère de toutes les réformes, et s’il devait y en avoir qu’une ce devrait être celle-ci, à savoir la diminution progressive des prélèvements obligatoires. RGPP et RGPO sont ses tasses de thé et il les maîtrise parfaitement avec un talent remarquable. Nul doute que le «cadre noir» de la Direction du Budget et son élite de jeunes et brillants énarques ne le suivent parfaitement. Avec lui il se passera peut être quelque chose en France si Sarko ne cède pas devant les premières manifestations de rue qui ne vont pas manquer d’arriver .La gauche de tous âges (mômes bourgeois des parents de 68, enseignants, fonction publique), regonflée par les municipales, est de plus en plus vindicative et ne va pas tarder à se manifester violemment dans les rues

 

EN CONCLUSION

 

Mais qu’ai-je fait de François Fillon ? Il faut en dire un mot.

 Le personnage est très ambitieux. Il n’avait pas supporté que Villepin l’écarte du gouvernement et est aussitôt devenu l’un de ses principaux démolisseurs en ralliant immédiatement Sarko. Il est très prudent depuis 15 ans chaque fois que ses fonctions le place face aux syndicats et souvent il recule. Il a bien compris la situation de « faillite » de la France et sait très bien ce qu’il faut faire. Mais il ne dira pas qu’il faut prioritairement diminuer les dépenses publiques pour diminuer les prélèvements obligatoires et ainsi faire baisser le chômage. Prendre le triptyque dans le bon ordre est sans doute trop clair et donc  trop dangereux pour lui. Il insiste donc sur le fait que le gouvernement est là pour faire baisser le chômage (qui ne le serait ?) mais il cache la vérité de la seule action possible : faire baisser les dépenses publiques. Pas de très bon augure. Saura t il, quand Sarko commencera à fléchir, se montrer ostensiblement plus ferme pour satisfaire l’électorat de droite le plus conscient (et les économistes )…et continuer ainsi à se montrer plus sérieux que son président et s’offrir  une stature de présidentiable crédible pour 2012 ? Pas sûr car l’UMP, sur une telle posture, ne l’adoubera pas facilement….et il le sait. Parions donc qu’il s’alignera plutôt sur Sarko sans plus. Lui non plus n’est ni Churchill, ni De Gaulle ni un homme d’Etat d’envergure, de courage et de conviction, prêt à tout sacrifier pour ce qu’il sait être l’intérêt supérieur du pays.

 

 

 

Journal d'1 République... |
sarkosy un espoir pour la f... |
Sylvie Trautmann |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Union Pour le Développement...
| Vu de Corbeil-Essonnes
| ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU...