• Accueil
  • > Archives pour juillet 2008

3 juillet, 2008

sarko et l’Europe suite

Classé dans : politique Europe grippages — elis @ 13:17

 

A force de se comporter en politicien franchouillard, Sarko est en train de désagréger l’Europe et d’effacer les aspects positifs de ses premières initiatives européennes.

 

  1. le positif du début de son mandat

a -un effort très net et intelligent pour effacer le non français en s’appuyant sur le parlement français pour revenir à Lisbonne et imposer les majorités qualifiées en Europe

b-Un retour dans l’OTAN et un rapprochement sensible avec les Etats Unis,  seul moyen pour l’Europe de rester crédible sur le plan militaire alors qu’en dehors de la grande Bretagne et de la France, les budgets militaires des 27 n’existent  pratiquement plus.

 

2 le « poujadisme » de son début de présidence européenne

Conseillé sans doute par des gaullistes attardés et des économistes « socialo », voilà que notre « ludion » Sarko veut à la fois :

a-Sacrifier le commerce mondial au profit de la défense protectionniste de la PAC et des agriculteurs français….qui n’en demandent pas tant , alors que les profits de nos céréaliers, très largement non imposables, ont déjà augmenter de 50% en 2007 avec la flambée mondiale des prix agricoles.

 

b-Sacrifier la lutte légitime, et ô combien justifiée de la BCE contre l’inflation, au profit d’une demande réitérée de baisse des taux….comme si la monnaie n’avait aucune importance et que seule comptait les « fausses gentillesses » vis-à-vis des consommateurs et de l’économie. En apparence on donne mais on sait très bien que demain l’inflation reprendra tout. C’était la politique de la France depuis 40 ans. Les politiciens distribuaient. La monnaie s’effondrait. On dévaluait et tout le monde était content. Les salariés et les consommateurs qui n’y voyaient que du feu, mais encore plus les emprunteurs et les endettés, au premier chef l’Etat, qui remboursaient en monnaie de singe. Bien sûr les prêteurs, les épargnants et les investisseurs étaient lésés….et in fine les salariés tout autant, mais tout ceci étant incolore et inodore et tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes politiques possibles. Manque de chance, les allemands se souvenaient, eux, qu’à partir d’un certain seuil, l’inflation peut provoquer des désastres irréparables et qu’elle devient alors un fléau social et économique de première grandeur. Et quand l’Euro est né, ils ont tenu a en garder le contrôle. Ô, ils ont été « cool » au début, ils ont bien voulu que la masse monétaire en circulation continue de s’inflater de près de 10% par an mais, aujourd’hui, ils ont peur- vu la hausse des matières premières- et la très grande majorité des pays européens les suit. Alors Sarko qui veut les ramener au bon vieux temps d’avant l’Euro, est complètement « à côté de ses pompes ». Sa présidence européenne s’annonce déjà comme un fiasco complet tout comme sa politique économique en France.

 

3-Une présidence pour rien ?

 

A ne pas vouloir s’attaquer aux vrais problèmes économiques qui se posent à la France : surendettement, prélèvements obligatoires mortifères, socialisation trop forte de la société française (services publics, administrations et collectivités locales obèses, coûteuses et insuffisamment efficaces )….sans parler d’absurdité hypocrites telles que l’ISF, les 35 heures officielles ou le maintien de nos 250 et quelques niches fiscales, il nous conduit tout droit vers le mur dès l’année prochaine.

Politique réactionnaire de droite avez-vous dit ? Non ! Tout juste la continuité socialiste ou chiraquienne et le même aveuglement devant les réformes qu’il faudrait faire et que l’on ne fait pas et que seuls l’Europe et l’écrasante majorité de nos partenaires européens continueront de nous rappeler.

Journal d'1 République... |
sarkosy un espoir pour la f... |
Sylvie Trautmann |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Union Pour le Développement...
| Vu de Corbeil-Essonnes
| ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU...