• Accueil
  • > Archives pour novembre 2010

24 novembre, 2010

crise irlandaise, l’Euro menacé.

Classé dans : Europe — elis @ 11:04

 L’explication sur l’Irlande est simple. Un gigantesque boom immobilier. Des prêts presque gratuits à tout le monde sans compter (300 millions d’€ et un boom immobilier qui va avec) ; les banques irlandaises qui ont besoin de restructurer leurs bilans, empruntent à tour de bras en Europe :150 milliards d’€ par exemple aux banques allemandes et 80 peut être aux banques françaises. Si elles font faillites ce sont les banques de la zone euro qui trinquent. Risque systémique de nouveau. Alors l’Europe va de nouveau emprunter pour leur venir en aide. La dette de l’Europe va s’accroitre de nouveau, même si ces nouveaux emprunts, garantis par les Etats solides, se feront à des taux plus avantageux que ce que pourrait se procurer l’Irlande.

Par ailleurs, on veut bien prêter mais c’est à condition que l’Irlande fasse ce que lui demande la sociale démocratie européenne. Taxer vos entreprises à 30% comme nous. Ainsi vous ne nous concurrencerez plus. Nous on est de bons socialistes. Ce sont les entreprises qui doivent payer. Faîtes comme nous. Evidemment c’est absurde car qui crée la richesse majoritairement ? Les entreprises et non les services publics ou les administrations. Ce n’est pas ce qui se dit mais c’est pourtant la réalité. Les entreprises doivent être rentables ou mourir….quand l’Etat ne leur vient pas en aide. Les services publics et les administrations n’ont pas besoin de l’être et de toutes façons on ne mesure pas ce qu’elles coûtent ni ce qu’elles rapportent. Immatériel mais pas marchand. La seule réalité c’est que ce sont les contribuables et les entreprises qui doivent les financer. Indéfiniment car elles sont gourmandes et plus elles dépensent en fonctionnement et plus le chômage recule pense t on ! Avec un inconvénient : 1 emploi créé dans l’administration, c’est  1,4 emploi de moins dans le privé !

Mais revenons à nos moutons irlandais. Naturellement on demande aussi aux irlandais de faire de grosses économies. Plan d’austérité oblige mais cela ne suffira pas. D’un côté 90 milliards à trouver pour les banques de l’autre 10 milliards d’économies plus 5 milliards de taxes sur 4 ans pour ramener le déficit budgétaire à 3%. C’est bien. Mais cela ne suffira pas car ce n’est pas là qu’est le problème. Le problème, une fois de plus, ce sont les banques. La seule solution évidente c’est la sortie de l’Euro et la restructuration de la dette. Alors l’Irlande, comme la Grèce, pourraient dévaluer lourdement et tout rentrerait dans l’ordre dans ces deux pays. Bien sûr les créanciers irlandais y perdront eux aussi lourdement mais c’est la sanction normale de leur imprévoyance et de leur impéritie. Il faut des règles et les mauvais gestionnaires, ici les banques européennes et les gérants de fonds qui ont prêté à l’Irlande,  doivent être sanctionnés.

Risque systémique bien sûr et risque d’éclatement de l’Euro aussi. Mais n’était ce pas dans ses gènes dès l’origine ? Et n’est ce pas la seule solution logique aujourd’hui ? Tous les Etats bancals, Grèce, Irlande, Portugal, Espagne, et demain sans doute France et Italie, doivent pouvoir dévaluer pour rétablir la vérité de leur situation économique par rapport à l’euro (mais disons plutôt par rapport au Deutchmark) et commencer sérieusement à résoudre leurs problèmes. Une Europe non gouvernée qui continue à s’endetter pour venir au secours des canards boiteux n’est pas viable. A terme c’est l’éclatement s’il n’y a pas un pouvoir politique européen au dessus de cette monnaie incertaine. Et sans ce vrai pouvoir politique européen, il n’y aura jamais d’Europe ni d’Euro. Et, manifestement, les gouvernements européens, et encore moins leurs peuples, ne sont prêts pour cette phase ultime.

20 novembre, 2010

Remaniement

Classé dans : politique France — pyrrhon @ 8:41

 

 

Bien sûr la gauche a trouvé son slogan : tout cela pour çà ! Il n’est pas mauvais et, bien sûr, 60% des français vont être d’accord avec elle dans les prochains sondages.

Et, bien sûr,  une autre impression s’est glissée dans l’esprit des anti sarko : l’etat RPR pur et dur est de retour. Ils n’ont pas tord. Face à la défaite qui se profile pour 2012 et, avant, pour la majorité au Sénat, l’ex RPR, devenu UMP, resserre les rangs et se prépare à un combat sérieux avec la gauche.

Finis les gadgets Sarkoziens. Plus d’ouverture à la gauche ou de bras tendus à la diversité. Cette fois on est sérieusement inquiet et on se regroupe. Le tout est de savoir pourquoi faire ?

Et l’impression dominante est plutôt que l’on va faire dans la continuité avec ses quelques bons côtés mais aussi ses insuffisances.

Ce qui est intéressant aussi, c’est que Sarko, « l’hyper-président » est entouré de Fillon, de Juppé et même de Coppé dont aucun n’a jamais caché que Sarko pouvait être un problème pour 2012. Sarko n’est donc plus vraiment le seul patron. Il va travailler en équipe. Une nouveauté dans la V° république. Mais peut être aussi un signe de force pour la droite si ce n’est plus un homme seul qui dirige mais une équipe de cerveaux aguerris et très expérimentés.

Si nous étions leur conseiller, voilà ce que nous leur dirions.

Arrêter de ménager la gauche ou les Bayrou ! Rentrez leur « dans le chou », courtoisement mais durement. Ne dissimulez plus l’état de la France et de nos finances et assumez clairement l’indispensable rigueur. D’un côté la gauche, pure démagogie et attaques simplistes et malveillantes comme toujours. Et vous qui devriez dire : nous les entendons mais nous ne sommes pas là pour répondre à une opposition démagogique et aussi peu sérieuse. Les français pourront toujours nous vider en 2012 mais, en attendant, on va faire notre boulot, sérieusement, et on va même tenter de l’expliquer sans cacher la vérité sur les problèmes à résoudre.

Mais disons aussi un mot sur le Centre. Nous avons toujours eu l’impression qu’il fallait un centre à la droite, capable de dire : « eux, c’est eux et nous, c’est nous ». Oui, nous sommes  pour la rigueur mais nous sommes aussi fortement européens, et nous pensons aussi qu’il faut supprimer les 35 h et les aides associées et qu’il faut aussi supprimer le bouclier fiscal et l’ISF. Nous revendiquons notre liberté d’opinion pour critiquer le gouvernement quand nous ne sommes pas d’accord et même si on est très écolo, on ne comprend pas cette inféodation d’Europe écologie à la gauche et à l’extreme gauche. Donc on va créer notre mouvement en sortant de l’UMP, fut ce en sacrifiant nos siè ges et nos investitures aux prochaines législatives n’en déplaise à F.Bayrou. On ne sera pas avec Bayrou et on va présenter un candidat à la présidentielle par compétition type primaire entre Borloo, Morin ou un autre. 0n est avec l’UMP pour redresser la France mais on est indépendant. Pour résumer, on remet en quelque sorte l’ex l’UDF en selle, on garde notre étiquette NC et on rallye les radicaux de droite avec nous.

Il y a, enfin, un tiers courant dont nous nous devons de dire un mot : le pauvre courant libéral. Définitivement sorti du gouvernement cette fois ci. Il est vrai qu’être

libéral, en France, c’est être ultra libéral, donc indécent, naufrageur de salariés, et cause de tous les maux actuels. Il est clair aussi que les actuels patrons de l’UMP ont trouvé ce courant de pensée tellement peu signifiant qu’ils n’ont pas jugé bon d’en garder la moindre trace dans leur équipe. C’est assez affligeant car cela prouve bien que la France de Louis XIV et de François Mitterand, tout dans l’Etat et le pouvoir central, n’est toujours pas contre balancée par de vrais pouvoirs citoyens  ni par la société civile. Et pourtant H.Novelli avait fait du bon travail. Peut être même l’une des meilleures réformes du quinquennat avec les autoentrepreneurs. On a  tout de même décidé de faire de lui un adjoint de Coppé à l’UMP. C’est une bonne chose et cela prouve au moins que Coppé est conscient qu’il faut garder la cinquantaine de responsables UMP libéraux auprès de lui. Cela permettra peut être aussi à l’UMP de se montrer plus sérieuse sur les questions économiques.

Car on sent bien que c’est ce qui continue à pécher le plus tant à l’Elysée qu’au sein du grand parti majoritaire. Les réformes annoncées demeurent secondaires, les mesures de fond contre le chômage ou pour libérer l’économie française ne sont toujours pas prises et si le dossier dépendance est sympathique, et répond à un vrai besoin, ce n’est pas lui qui va doper la croissance française.

 

Et le juge d’instruction ? (On est nien obligé d’en parler avec l’affaire de Karachi)

 

Exception française mais coriace. Le pouvoir politique voulait les supprimer. Ils se vengent et font feu de tous bois : affaire Bettencourt, Karachi, Woerth à Chantilly. Rien ne sera épargné aux malheureux politiques. D’autant moins que ces « petits juges » sont intouchables et que toute la gauche les soutient parce que eux, au moins, ne sont pas aux ordres du politique comme le parquet. On oublie que ces brillants personnages ont fait Béthune, La Vologne et plus récemment Outreau. Seuls ,tout puissants , se gaussant du secret de l’instruction et en cheville avec les journalistes quand ils veulent faire parler d’eux, ils se voient fort bien faire  de brillantes carrières politiques alors que ce n’est pas ce qu’on leur demande et ils finissent parfois par sortir des bouquins fort lus et fort vendus car ce sont des célébrités. Qui résisterait à cette tentation diabolique de devenir célèbre quand on est un obscur petit fonctionnaire au départ. Certains, pas tous heureusement, ne résistent pas longtemps. On a même Eva Joly qui ne brigue pas moins que la présidence de la République.

Alors oui le parquet ce n’est pas bon. Trop loin lui aussi de la vraie justice quand il s’agit de faire carrière ; Mais les juges d’instruction, belle exception française tyrannique, ce n’est pas mieux . N’y aurait il pas moyen de ramener tout ce beau monde dans une vraie justice équilibrée. Sans juges d’instruction et avec des juges du siège totalement indépendants ? Et l’accusation et la défense avec des droits et devoirs strictement équilibrés face à ces grands juges indépendants. Le modèle anglo-saxon ou assez proche de lui sans doute. Malgré ses défauts, il nous semble préférable au nôtre.

Journal d'1 République... |
sarkosy un espoir pour la f... |
Sylvie Trautmann |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Union Pour le Développement...
| Vu de Corbeil-Essonnes
| ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU...