2 avril, 2011

L’UMP en apesanteur

Classé dans : politique France — pyrrhon @ 13:28

 

L’UMP en apesanteur

 

Et bien voilà les jeux sont presque faits.

On commence à savoir comment vont voter les français en 2012 et ce n’est pas réjouissant !

A droite, c‘est même pratiquement fait et on comprend assez bien pourquoi.

Il y a d’abord les 21/23% qui vont voter FN ( et comptons sur PS et medias pour qu’il en soit bien ainsi, c’est de bonne guerre) La raison de ce fort vote FN est assez simple. C’est le petit peuple, d’abord des campagnes lorsqu’on n’a pas beaucoup pour vivre, mais surtout des banlieues. Autour d’eux, leur monde de banlieusards s’est transformé. Les voisins ne sont plus les mêmes. Ils sont très souvent noirs ou maghrebins et ils n’ont pas les mêmes habitudes de vie qu’eux. En plus ils leur arrivent d’être fétichistes ou musulmans. Ils prient même dans les rues. Quel contraste avec nos pauvres français de souche, qui depuis longtemps n’allaient plus à l’église et qui, s’ils invoquaient une grand messe, c’était plutôt celle de la fête de l’huma et surtout celles des retrouvailles de leur jeunesse à la télé avec les dernières apparitions publiques de Johnny ou peut être encore d’Eddy Mitchel ou de Michel Delpech…. « qu’on était bien chez Laurette »..  mais maintenant dans nos banlieues on se sent un peu moins bien. Et oui ce peuple là est un peu perdu. On a beau lui dire tous les jours que le multiculturalisme c’est très bien, le français d’hier est un peu inquiet. Souvent même il déménage et cherche à retrouver ses habitudes et son milieu, en Bretagne dans la maison des grands parents ou ailleurs en Charente ou même en Languedoc Roussillon, encore abordable quand il est retraité. Mais s’il est resté en banlieue, il se dit, au moins avec le FN c’est clair. Ils veulent refouler les étrangers , interdire sérieusement les regroupement familiaux et faire marcher , tout aussi sérieusement, la préférence nationale, alors que l’on sent bien que les partis dits de gouvernement, essayent quand même de donner à tous ces nouveaux français des lieux de culte et de mieux les intégrer en les aidant au maximum, sans faire grand-chose pour arrêter la vague qui ne cesse de grossir. Donc les 23% ne sont pas très étonnant. Tous nos français d’hier ont un peu peur parce qu’ils voient bien, eux qui sont au contact, que le monde qu’ils connaissaient n’est déjà plus et que le nouveau est troublant et pas toujours très juste à leur égard . Alors qu’il l’est souvent plus pour les nouveaux arrivants ce qui est d’ailleurs normal car beaucoup de choses sont à régler pour eux.

 

Et puis il y a maintenant 7% de nos braves électeurs Sarko de 2007 qui sont prêts à voter Villepin, cet excité de Villepin. Ceux qui le suivent ne sont pas les mêmes que les précédents. Gaullistes d’hier, ils croient en un Etat français fort, à un certain nationalisme et à une bonne entente de toujours avec les milieux syndicalistes ou communistes. C’est l’Etat gaulliste de 1945, celui qui n’a jamais renoncé à une certaine compréhension de l’ex URSS et qui continue à détester l’Amérique ou plutôt qui ne l’a jamais bien comprise. Partisans d’une France qui devrait se réindustrialiser, prêts à défendre toutes les exceptions françaises, ils regrettent Chirac et ressortent plutôt aux milieux aisés ou moyennement aisés. Si Villepin se présente, et comptons sur les juges pour probablement le blanchir, ils voteront pour lui. Et 7% c’est beaucoup.

 

D’autant plus que ce n’est pas fini. Il y a encore les centristes, ralliés à l’UMP, mais qui sont aussi tentés de présenter un candidat malgré la crainte du FN à 23%, mais, ici, tout comme dans le camp Bayrou, on doit aussi commencer à penser à débarquer Sarko tout en se disant qu’au fond , avec DSK ou Hollande, on pourra peut être s’entendre. Alors, si un Borloo ou un autre se présente ce sera pour celui là sans doute 8 à 10 % d’assuré. Les électeurs de droite sont prévenus. Ils savent qu’un 2007 inversé est possible, avec Marine Le Pen au second tour contre la gauche. Cela les dissuadera t il, pour autant, d’aller voter pour le candidat centre droit de leur cœur ? Pas sûr, car ils n’aiment pas beaucoup Sarkozy et si c’est DSK au second tour, ils ont déjà dit dans les sondages qu’ils sont pour, alors pourquoi pas ?

Donc à droite, les comptes sont vite fait : MLP,23, Borloo,10, Villepin,7,sur 52 il reste combien pour Sarko ? 12 !!!Evidemment il n’a aucune chance. Et quoi qu’on en dise, ces sondages à 15 mois de l’échéance ne sont pas si farfelus que cela car ils correspondent à des réalités sociologiques profondes. Et les opinions politiques dans la tête du peuple, du petit comme du moyen, ne changent pas si souvent que cela et, en général, tous les spécialistes du découpage électoral le savent, elles sont même remarquablement stables.

Et à gauche alors comment cela se présente t il ?

Ici encore, plus qu’à droite, les opinions sont figées et ne varient  guère sauf chez les bobos écolos mais nous y reviendrons.

Les scores attendus et probables devraient tourner autour d’un 4% pour la LCR. Peut être un peu plus car leur nouvelle candidate est plutôt sympa et nettement plus sexy qu’Arlette. Melanchon, fameux tribun, comme au bon vieux temps des grands orateurs du 19° et du 20° qui nous ont mené ou l’on sait, ne manquera pas de recueillir, le PC l’ayant rallié, 8 à 10% des voix. C’est, avec la LCR, le poids invariant de l’extrême gauche française, sans doute la plus extrémiste et la plus archaïque d’Europe, ce qui est un problème majeur pour le PS qui a absolument besoin de ses voix. Et qui devra avant de prendre le pouvoir lui donner de quoi le satisfaire en promesses électorales. Heureusement qu’elles n’engagent que ceux qui les écoutent.

L’étiage du PS a toujours varié entre 20 et 30% selon les succès ou la présence forte ou non des écolos. Le PS aujourd’hui, c’est le parti de tous les fonctionnaires et largement des médias. Ce n’est donc pas le parti du peuple mais bien au contraire celui des nantis et des vrais privilégiés. Emplois à vie, carrières assurées, bons revenus toujours croissant à l’ancienneté et, en plus, le privilège du cœur et la certitude d’être dans leur bon droit quand ils luttent contre les inégalité sociales, la défense des immigrés et revendiquent encore et toujours des moyens supplémentaires, en s’offrant même le luxe, en parfaite contradiction schizophrénique, de dénoncer les déséquilibres budgétaires et le surendettement, évidemment provoqués par la droite selon eux.

Et cette fois nous sommes bien avec des classes moyennes et supérieures mais, malgré leur bon niveau intellectuel, ils ne doutent pas un seul instant de ce qui précède. Ils sont dans leur bon droit. La France est inégalitaire et affaiblie à cause de la droite mais évidemment pas à cause de leur propre statut de privilégiés et quand ils reviendront, sans doute très bientôt, ils n’auront de cesse de le renforcer ou de recommencer le type d’absurdités qu’Aubry avait parfaitement réussie : 35 heures, CMU et ISF comme symboles de leur brillante politique !

Reste les écolos et les bobos intellectuels, plutôt sympas, eux aussi de tous bords. Ils sont complexes et fluctuants. Il y a là des gens qui adorent la nature…. mais qui ne l’adore pas ? qui l’adorent sincèrement, qui s’inquiètent de l’avenir de la planète, qui mangent bio et qui soutiennent l’économie solidaire mais, et c’est là que ça se complique, ils ont perdu depuis longtemps leurs racines familiales terriennes et ils ne sauraient même probablement pas cultiver des radis. Comme leur héros, Nicolas Hulot, ils connaissent la terre par des reportages médiatiques, des vues du ciel mais certainement pas en allant cultiver leur jardin. Gens des villes avant tout, ils raisonnent sur des idées abstraites. Ce qui fait que parfois ils font 2% des électeurs mais d’autres fois 12% quand ils ont des leaders valables. Car ce sont des cerveaux écolos mais surtout politiques. Ils adorent la politique, le sauvetage des peuples et la lutte contre le capitalisme et l’économie de marché. Altermondialistes on les retrouve aux forums de Sao paulo ou d’ailleurs pour soutenir les peuples « opprimés » du tiers monde. Vive les écolos donc , tellement médiatisés, tellement urbains et si peu proches de la vraie nature sauf pour le jogging du dimanche matin et les vacances en safaris. Leur score aux élections pouvant varier de deux à quinze, tout dépend de leurs leaders. Avec Dany le rouge, ils feraient probablement 15, avec Eva Joly 6 ou 7, avec  Cecile Duflot peut être 10, Ce qui ne laisserait plus que 20 au PS.

Et si l’on refait les comptes, 48, moins 10 d’ecolos,13 à 15 de l’extreme gauche, 5 de Bayrou que j’allais oublié,cela ne ferait que 18/20  pour le PS. Il serait quand même la première force à gauche , ce qui est, quelque soient les scores des autres , une quasi certitude. C’est donc ce PS là qui se retrouverait face à Marine Le Pen avec à coup sur la victoire assurée, dans un fauteuil, tout comme Chirac en 2002.

Telle est la triste situation des perspectives électorales françaises car personne dans tout cela pour venir expliquer aux français, avec le langage de la vérité, la réalité du monde dans lequel ils sont maintenant plongés.

Grands pays émergents, fin du leadership américain, développement fulgurant de capitalismes d’Etat ou d’entreprises géantes, enrichissement rapide de la planète, richesses naturelles qui s’épuisent et incapacité totale des organismes multilatéraux de 1945 à assurer un minimum de stabilité politique, économique ou monétaire à ce monde en mouvement. Non seulement l’ONU doit être repensé mais aussi Bretton Woods, l’OMC ,la BIRD et le FMI. Le monde de 1945 a vécu et rien n’est prévu pour le monde qui nait sous nos yeux sauf le G20 mais encore bégayant. En tout cas la France , avec ses pensées et ses partis politiques actuels, est totalement coupée de ce que l’on commence à parfaitement comprendre partout ailleurs . Que le monde est en grand mouvement, heureusement plutôt en bien,  et qu’il faut s’adapter.

 

 Si, dans le pandemonium du petit monde politique français, devait apparaître un vrai leader pour demain, que devrait il dire ? Elémentaire mon cher Watson :

 

  • Renforcer l’Europe au plus vite et abandonner une partie de notre souveraineté au profit d’une Europe déjà presque fédérale et disposant de vrais pouvoirs économiques. Sans cela l’Euro ne survivra pas . Et quoi d’autre qu’une Europe fortement rassemblée pour affronter les géants asiatiques et américains nord et sud qui gouverneront la planète dans 20 ans ?
  • Défaire rapidement tous les archaïsmes socialistes infiniment trop coûteux,35 heures, ISF,  et assouplissement impératif du droit du travail. Repasser en quatre ans à 39 heures partout.
  • Diminuer sans fléchir les prélèvements obligatoires et inscrire l’équilibre budgétaire , comme une règle d’or absolue de la Constitution
  • Ramener la charge des services publics à presque 35% comme dans tous les grands pays démocratiques, 1% de moins tous les ans affichée comme une règle absolue et instauration de benchmarks couts/efficacité en comparaisons européennes pour tous les grands services public. Avec une indispensable exposition médiatique sur ce type d’information, on aurait des surprises, les services publics français n’étant pas les meilleurs, loin de là.
  • Travailler plus et peut être gagner moins, c’est comme cela que l’on pourra redresser les comptes extérieurs. Devant nous rigueur et travail et priorité à l’investissement productif, au secteur privé et à l’Education. On devra toutefois faire plus pour les plus pauvres.
  •  L’Ecole doit redevenir simple et la sélection rétablie à tous les niveaux, seul moyen de remettre en route l’ascenseur social et de sélectionner les meilleurs, y compris ceux issus du peuple d’en bas.
  • Comme presque partout aux USA, pas plus de deux mandats pour les élus, à tous les niveaux, grandes villes, département, régions, parlement, présidence.
  • Enfin une immigration choisie et contrôlée comme dans les grands pays anglo saxons. Notre nation de vieux a besoin des immigrés jeunes venant d’ailleurs .Mais encore doit on s’assurer qu’ils auront du travail et qu’ils pourront s’intégrer dans les valeurs de la république et les traditions, chrétiennes ou révolutionnaires de 89, d’une terre de 2000 ans d’histoiree qu’il faudra bien apprendre à leurs enfants si l’on veut avoir une nation un tant soit peu intégrée. Mais cela ne suffira pas. Il faut impérativement pour eux trouver un ciment rassembleur. En Amérique la liberté et la conviction de pouvoir devenir riche même en partant de rien. Alors pourquoi pas la même chose en France ? mais alors fin des innombrables barrières à l’entrée dans le monde du travail et fin des innombrables privilèges de caste. On en n’est pas là et ce sera particulièrement coriace ! Et enfin l’Islam : pas de nikab, ni de minaret, ni de muezzin, ni d’iman s’exprimant autrement qu’en français ou en anglais (nouvel esperanto de l’économie) en France. Mesures fortes et symboliques, indispensables pour préserver le patrimoine touristique et historique français sans pour autant empêcher les fervents islamiques de prier dans de belles mosquées (mais qui doivent  rester discrètes, mêmes si très grandes) , dans les paysages de France.
  • Et enfin des zones franches dans les banlieues  ( peu d’impôts et un droit social très souple) et aussi  une laïcité intransigeante. Toute la loi de 1905 et rien que la loi de 1905 sans accommodement et sans exception. Les mosquées appartiennent à l’Etat. Les municipalités peuvent leur vendre des terrains et les fidèles ou les monarchies pétrolieres financent en apportant leur dons à l’Etat français. L’Etat comme pour les autres religions, est propriétaire des mosquées. Il entretient mais ne finance pas les constructions. Il serait bien que la gauche retrouve vis-à-vis de l’islam les intransigeances fanatiques qu’elle a eu hier vis-à-vis des catholiques. Il est douteux qu’elle n’ait jamais ce courage là !  Elle préfèrera toujours sur ces sujets difficiles, jouer la politique de l’Autruche. Ce n’est plus le cas de la droite qui doit impérativement définir sa position vis-à-vis de l’Islam et partant du FN.

 

 

Mais qui pourrait bien présenter un programme pareil ?

 

Aucun des partis actuels bien sûr.

 

Et quel homme pour le faire ? Sarkozy ne l’a jamais été. Excellent politicien et homme d’action, il a trop vite montré ses limites. Ce n’est pas un homme de conviction capable de défendre les choix indispensables. Pas sûr d’ailleurs qu’il les comprenne ni d’ailleurs qu’il se représente quand il constatera que les obstacles  demeurent insurmontables.

A droite, Juppé, Villepin, hommes du passé, sanglés dans leurs habitudes gaullistes, n’iront pas vers une Europe plus forte et ne seront pas prêts à s’engager dans le recul indispensable du poids des services publics. Le ventre mou de l’UMP, Fillon, Raffarin, et les centristes encore moins, même si leurs engagements européens iront plus loin que ceux des gaullistes

A gauche, au PS, c’est « kif kif bourricot » avec les centristes, mêmes programmes, mêmes convictions sauf qu’ici il s’agira avant tout de renforcer l’Etat donc de précipiter la France un peu plus vers le précipice. Même DSK devra s’y conformer.

Et dans tous ces camps, rien pour l’Islam et la laïcité. Mieux vaudra sur ces sujets ardus jouer la politique de l’autruche y compris pour les banlieues.

Une toute petite lueur d’espoir peut être du côté de Coppé. Celui là est original. Il brise les tabous et on peut le croire capable de parfaitement saisir les enjeux du monde de demain donc pourquoi pas du programme ci-dessus et de ce qu’il faudrait faire pour la France.

Trop habile pour s’engager sur l’ensemble dès maintenant, il pourrait tenter de marquer des jalons dès 2012, tant sur les banlieues et l’islam que sur la diminution impératjve du poids des services publics. Naturellement, il échouera et s’il envisageait de suppléer un Sarko démissionnaire en 2012, il serait sûrement balayé. Trop tôt par rapport à l’état de l’opinion française. Mais, avec son complice Sarko , ils pourraient toutefois représenter une opposition crédible et de poids pour 2017. Car à ce moment là, il ne sera plus question de différer encore les indispensables réformes ni de refuser de faire savoir aux français ce qui se joue et ce qu’il faut faire. Après 5 ans de gouvernement de gauche ce sera la panique et il y aura belle lurette que la France aura été dégradée par les agences de notation et que nos emprunts seront de plus en plus ruineux. Ailleurs, chez les anglo-saxons, les partis de droite se distinguent toujours des socio démocrates par la conviction qu’il faut moins d’Etat et plus de liberté et de pouvoir aux citoyens. Ce n’est pas le cas en France qui chérit toujours ses racines étatiques et qui ne se reconnaît que dans un Etat fort, centralisateur, auquel on demande toujours de tout faire et dont on attend tout, aussi bien à droite qu’à gauche. C’est pour cela qu’en France la démocratie, plus que jamais, se définit par « le gouvernement des fonctionnaires, par les fonctionnaires, pour les fonctionnaires » (célèbre pastiche du « gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ») Il faudrait pourtant que cela change si l’on veut s’intégrer dans un ensemble européen plus fort et si l’on veut jouer la concurrence comme les autres acteurs mondiaux. Dans cette nouvelle donne, la France a de magnifiques cartes culturelles et historiques à exploiter. Encore faudrait il qu’elle accepte de se serrer un peu la ceinture, d’arrêter de pleurnicher  et de se retrousser les manches. Trop de welfare et de socialisme ont avachi cette nation qui a oublié le sens des vraies valeurs et du courage de ses ancêtres paysans. Elle n’a plus pour seul horizon que de faire du jogging et de se défoncer dans toutes sortes d’associations fantaisistes, plutôt que de se consacrer à la création de richesse, pour ses enfants demain, pour sa population vieillissante, pour la diminution de la dette et pour les millions d’immigrés,français de fraiche date, qu’elle doit maintenant intégrer. La charge est lourde et tous les français sont capables de comprendre que pour cela il faut faire des efforts. Travailler plus bien sûr mais pas seulement pour gagner plus. Tout autant sinon plus pour épargner (pour préparer l’avenir de nos enfants) et aider vieux( il y en aura de plusen plus et ils côutent cher), vrais pauvres (pas les fonctionnaires ni tous les assistés indus) et immigrés de fraiche date, l’immigration massive ayant été stoppée bien sûr.

Journal d'1 République... |
sarkosy un espoir pour la f... |
Sylvie Trautmann |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Union Pour le Développement...
| Vu de Corbeil-Essonnes
| ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU...