• Accueil
  • > Archives pour juillet 2011

2 juillet, 2011

promenade dans l’actualité

Classé dans : International,politique France — pyrrhon @ 14:20

Bataille au FMI

On comprend trop bien pourquoi l’ensemble des pays européens
voulaient absolument placer l’un des leurs à la tête du FMI ; La situation
du bloc est au bord du gouffre et il faut impérativement qu’une partie
importante des ressources du fond se dirigent aux meilleures conditions
possibles vers le continent pour continuer à maintenir l’illusion que l’Euro va
s’en sortir. Pour le moment il s’enfonce. Le FSE emprunte, la BCE rachète des
créances pourries mais jamais ces prêts ou ces avances ne seront remboursés.
Alors, si le FMI vient aussi donner un coup de main conséquent, on peut
toujours espérer qu’on s’en sortira. La solution keynésienne attendue c’est que
dans toute l’Europe la croissance repartira de telles sorte que les recettes
fiscales finiront peu à peu par effacer les énormes déficits. C’est une
illusion manifeste quand on regarde les chiffres d’un peu près. Mais qui aura
le courage de le dire ? De toutes façons, comme le chantait Béart, celui
qui dit la vérité mieux vaut l’assassiner. En 14 la guerre allait tout régler. Et
jaures s’est fait assassiner. En 2011 on aura l’Euro jusqu’à la lie. Mais un
jour pourtant il finira par craquer. La Grèce sortira la première au prix de
grands sacrifices inévitables (1). Puis ce sera sans doute, un par un, les pays
du club med. Et quand l’Allemagne retrouvera son Deutch mark c’en sera fini.
Quand ? Probablement pas avant 2017. Le FMI, qui va être gouverné par
Lagarde, avec la bénédiction complice des américains, dans la même situation,
sinon pire, que les européens, retardera l’échéance. Il ne l’évitera
probablement pas à moins que des changements politiques majeurs n’interviennent
sur les deux continents. Vraie Europe politique avec pouvoirs économiques réels
tel par exemple de doter la BCE de pouvoirs de contrôle sur les budgets des
Etats (idée lancée par Trichet) ou encore arrivée d’un républicain pur et dur à
la présidence des USA, tranchant dans les dépenses publiques, renoncant à
l’emprunt et augmentant les taux

Obama, dont la priorité est au Pacifique et plus en Europe,
a conduit l’Amérique dans une impasse. Il n’a plus un sou. Il est endetté
jusqu’au cou et il fabrique de la monnaie papier qui pour l’instant ne règle
rien. Là aussi la croissance est trop molle pour avoir une chance de ramener de
l’argent dans les caisses du Trésor ou de la FED. Tous les pays occidentaux
sont dans la même galère. Riches mais finançant leurs programmes sociaux et
leurs investissement massifs (Japon et USA) exclusivement par l’emprunt depuis
plus de 10 ans, ils ne pourront pas continuer longtemps. La crise de la dette
souveraine est là qui va les étrangler avant longtemps
Mieux vaudrait s’y préparer et commencer à réduire la
voilure sérieusement tout en commençant à accepter que leurs créanciers, tous
émergents, commencent à diriger aussi les affaires financières du monde. Un
turc, un indien ou un mexicain à la tête du FMI ? Pour bientôt sans doute.
Lagarde leur a longuement parlé avant de se faire élire avec d’ailleurs
l’accord de la Chine. Il y a fort à parier que le rendez vous est déjà pris
pour le prochain tour. A ce moment les occidentaux passeront la main. Les
émergents ont du commencé à nous dire « il est temps de vous serrer la
ceinture. Montrez l’exemple, vous les riches et on vous aidera. Il y va aussi
de la qualité de nos créances sur vous et ainsi tout le monde y gagnera »
Mashreb
L’Afrique du nord aux européens. Le leadership américain
s’efface

France et GB font la guerre en Lybie et ont décidé de
renverser Khadafi. L’ONU se tait, bien que la résolution autorisant la
protection des populations n’ait jamais parlé de virer Khadafi et encore moins
de livrer des armes aux insurgés.Chine et Russie renaclent de plus en plus et
les décisions du Conseil de sécurité sont tournées en ridicule. Est-ce que
vraiment les membres permanents sont tous d’accord sur cette inflexion de la
politique des grands vis-à-vis de la Lybie ? Peut être mais contre
quoi ? Les navires de combat livrés par la France à la Russie ? et
quoi pour la Chine ? les secrets des airbus et du nucléaire
civil ? En tout état de cause France et Russie semblent s’entendre de
mieux en mieux . Rien de nouveau donc dans le tropisme latent de ces deux
puissances toujours tournées l’une vers l’autre

Reste que pour la lybie les problèmes demeurent entier
Trouver un point de chûte pour Khadafi, faire cohabiter insurgés et fidèles du
leader. Ca ne va pas être facile. La solution, improbable, est au cœur des
expectatives. Comme en Tunisie et en Egypte d’ailleurs, mais avec encore plus
d’acuité et de difficulté à maitriser, apaiser et déboucher sur une gouvernance
stable.

L’Europe qui a décidé, la France surtout, de reprendre en
main la situation en Mediterranée, mare nostrum, retrouve son rêve de puissance
dominante pour le meilleur et pour le pire. Les révoltes arabes de facebook et
twitter le demandent mais qu’en sortira t il ? Mystère.

Faut il attendre que les dictateurs arabes tombent
d’eux-mêmes ou encourager le mouvement comme l’occident semble vouloir le
faire, même si les hésitations sont palpables avec la Syrie?

Le problème c’est que derrière les apparences il y a la
géostratégie et de ce point de vue les enjeux sont clairs :

  1. stopper le fanatisme islamique et contenir l’Iran des mollhas, le Hamas et le
    hezbollah avant d’attendre leur chûte par jeunesse arabe interposée. Mais
    on en est pas là. Ici les religieux fanatiques sont encore les maîtres. Et
    il y a fort à parier que les premières élections libres, en Egypte surtout,
    mais aussi en Tunisie, montreront la force croissante des islamistes et la
    puissance de la force politique qu’ils représentent
  2. Protéger les sources pétrolieres les plus indispensables à l’essor du monde,
    émirats , R.A.U,Irak.Faisable à condition que les bases américaines au
    Moyen orient demeurent sur place et prêtes à intervenir à tout moment.
  3. protégerIsraël, meilleur atout du développement futur de tout le moyen orient et
    faire en sorte que les modérés du Fatha fassent avaler au Hamas un nouvel
    etat palestinien négocié en accord avec Israël. Ce ne sera pas facile et,
    la aussi, il ne faut pas s’attendre à des miracles dans un avenir proche

Parmi les grandes puissances régionales le jeu de la Turquie
devrait être particulièrement important. Puissance moderne, islamisme modéré,
développement accéléré, membre du G20, elle peut être la solution à tout accord
de paix régional impliquant Iran, Irak et Israël, beaucoup plus que les
américains, trop lointains et trop en déclin, ou l’Europe trop faible et trop divisée.
Justice US et DSK,suite
Et notre DSK national ? Après les turpitudes, le
procès. Et maintenant le non lieu
1.      Jusque là, le plus intéressant dans cette histoire , outre les prétentions des
socialistes français à être toujours du côté de la veuve et de l’orphelin qui,
logiquement, auraient du en prendre un coup, ce qui ne semble pourtant pas le
cas, dixit les premiers sondages, c’est bien la comparaison entre justice
américaine et justice française qui apparaissait  comme  un sujet passionnant. D’un côté l’accusatoire
( le ministère public américain) qui rassemble les preuves et les soumet à un premier
jury populaire pour savoir s’il y a lieu de mettre en accusation ou pas,
l’équivalent de la mise en examen française mais qui elle, (procedure
inquisitoire)  ne relève que d’un seul juge, fonctionnaire, qui mène l’enquête et prend sa décision le plus souvent pour aller dans le sens des médias ou parce qu’il a envie de se payer un homme
politique pour faire carrière, la légende étant que c’est le pouvoir en place
qui lui intime l’ordre de poursuivre ou pas. C’est du moins l’argument massue
de la gauche, jamais démenti mais évidemment purement politique et populiste

Ensuite aurait du venir le procès.
Aux Etats-Unis il met face à face deux pouvoirs théoriquement égaux,
l’accusation et la défense, face à un juge élu dont la réélection dépend de ses
électeurs et donc du poids massif de la vox populi. C’est un jury populaire qui
tranche, comme en France, mais il doit se prononcer à unanimité, énorme
avantage pour la défense. En France la défense n’a accès et ne peut réfuter que
les pièces produites par l’accusation. Aux Etats-Unis la défense enquête, lance
des limiers et produit en défense tous les éléments qu’elle a pu recueillir.
C’est un avantage aux riches qui peuvent se payer les meilleurs avocats et les
meilleurs flics privés. Et c’est un droit supplémentaire pour l’accusé qui
n’est pas obligé de s’en tenir à ce que raconte le ministère public.Mais dans
les grands procès médiatisés, comme on le voit avec DSK, c’est aussi une
tribune pour un procureur ambitieux ou des avocats qui vont chercher à gagner
du galon et de la gloire en se confrontant aux meilleurs payés par les
riches.Assez équilibré en définitive.

2.      Mais maintenant, avec le dernier rebondissement, la libération de DSK, on voit bien
d’ailleurs comment de puissance à puissance, accusation contre défense, le
procès peut se renverser ou être annulé quand, notamment sur des histoires de
viol, ce sera en définitive parole contre parole et honorabilité contre
honorabilité. Et là , le riche , DSK en l’occurrence s’il a de gros moyens peut
introduire des doutes raisonnables dans l’esprit des jurés. Le New york Time,
proche des démocrates et dans la ligne du Monde français vient dans un article
retentissant de le démontrer.

  • Déja la gentille femme de femme, courageuse et sans reproche,  n’est pas ce qu’on
    croyait.
    Elle est entrée aux US de maniere illégale sans doute.
  • Elle a apparemment téléphoné a un dealer après
    l’épisode DSK
  • Elle a reçu depuis deux ans 100000 $ sur son
    compte dont  la provenance est douteuse
  • enfin elle a omis de déclarer qu’elle avait
    nettoyé une autre suite après celle de DSK. Ca fait beaucoup

Du coup le procureur se dégonfle.
La victime n’est plus immaculée. Quelqu’un la couvre ou quelqu’un a réussi a
démontré que l’oie n’était pas si blanche que cela. Sa réputation est d’un seul
coup ternie et elle n’est plus défendable. Trop de doute. Le procès s’il a lieu
sera perdu par la victime. Donc le procureur Vance sera une nouvelle fois
perdant. Il préfère jeté l’éponge.
Quid dunucléaire ?
Fukushima a totalement changé la donne. L’Allemagne, 3°
puissance mondiale l’abandonne. L’Italie aussi. Le nucléaire est dangereux et
sa contamination est invisible. Comparé aux émanations de CO2, il n’y a pas
photo. D’un côté la mort, de l’autre un peu trop de gaz carbonique dans l’air.
On n’en meure pas. En appuyant sur un bouton, la centrale thermique s’arrête.
Avec le nucléaire la combustion continue. Combien de temps pour arrêter
définitivement une centrale nucléaire ? 30 ans ? et, d’ici là, le
risque continue. Sans parler des déchets dont les plus dangereux dureront
quelques centaines de milliers d’années ni des coûts réels toujours en
discussion quand il faut mesurer le coût des démantèlements définitifs et que
les estimations opposées varient selon les sources des industriels ou des
écologistes de 1 à 10.

Fukushima a ouvert une nouvelle ère et nous pensons qu’à
horizon de 50 ans, si les technologies nucléaires actuelles  n’évoluent pas, sur le plan de la sécurité
notamment, le nucléaire est condamné.
Et notre chère politique hexagonale avec la préparation de la présidentielle 2012 qui bat déjà
son plein ?

Ici les choses se décantent.

Avec un Sarkozy sérieux et adhérent aux valeurs des français
dans sa politique internationale (réindustrialisation, Etat fort, régulation et
encadrement des puissances financières), il est de plus en plus certain qu’il
va tenter de se représenter pour gagner. Dans son camp les Juppé, Coppé, Fillon
s’effacent et vantent les mérites du chef. Son épine reste Borloo mais celui-ci
aussi est relativement clair. Si Le Pen a des chances de passer, il se ralliera
au dernier moment contre postes et programme de gouvernement cela va sans dire.
Ce qui voudra dire rigueur peut être mais surtout pas mal de social. Aïe les
finances.
Le deuxième prétendant sérieux est Le Pen. Elle pourrait
bien faire les 23% qu’on lui a prédit il y a déjà un moment. Pour un état
musclé, des mesures sociales renforcées et la réindustrialisation de la France
, elle compte bien se renforcer dans les classes populaires sans compter que
son discours anti immigrés sous jacent est toujours là pour séduire dans les
anciennes banlieues ouvrières. Va donc pour Le Pen et ses 23 à 25% au premier
tour.

Reste nos chers socialistes, déjà en pleine bagarre. Mais là
aussi le verdict devrait assez vite se confirmer. Aubry a le soutien de la
majorité du parti et elle a, plus que les autres , le soutien implicite de
Mélanchon et de l’extrême gauche. Elle est le socialisme orthodoxe et ultra
conservateur de toujours. N’a-t-elle pas promis de revenir sur la retraite à 60
ans, la confiscation des richesses des riches et le maintien pur et dur des 35
heures ? Hollande semblait, outre une présidence « normale et
apaisée », vise clairement l’électorat centriste de DSKet un
positionnement proche de celui des partis socio démocrates européens. Mais quid
si DSK revenait ou à tout le moins jouait la statue du commandeur. En tout cas
le conflit gauche orthodoxe ou gauche plus moderniste est intéressant Les
sondages de popularité, ou de score contre Sarkozy, selon que c’est Hollande ou
Aubry qui l’emportent, va être particulièrement intéressant à suivre,avant même
septembre et les primaires socialistes.

Quoi qu’il en soit le décor de la présidentielle française
est bel et bien planté. Que ce soit Aubry, Hollande , Sarko ou Le Pen,
tous sont pour un Etat fort, du social important, plus ou moins de retouches
dans les services publics ou les retraites selon que l’on est de gauche ou de
droite, et un positionnement européen hésitant, peut être plus fort à gauche
qu’à droite, mais ce n’est même pas sûr si le PS doit céder aux sirènes de
l’extrême gauche.

Naturellement, si Le Pen passe au 1° tour ce sera Aubry ou
Hollande et, si non, quien Sabe ?  Dans une France qui n’aime pas Sarkozy
et qui rejette massivement la mondialisation et même un peu l’Europe, même dans
les classes moyennes et l’électorat gaulliste, la gauche a des chances réelles.
Tout juste peut on espérer qu’il vaudrait mieux que ce soit Hollande qu’Aubry.

****

(1)   le plan français pour sauver la Grèce est génial. Pour la première fois il invite
les créanciers privés, et pas seulement les contribuables, à participer au
sauvetage, banques européennes et compagnies d’assurances vie essentiellement.

Mais pour ces nouveaux prêts de très longue durée , 30 ans, financés par le privé, on admet implicitement
qu’ils ne seront jamais remboursés puisque ils sont garantis par 20% de
placements obligataires de haute qualité et à zéro coupons qui viendront
compenser in fine les 20% prêtés aux grecs quant ils disparaitront. Les
nouveaux prêts seront sortis du bilan des banques et placés dans une structure
ad’hoc, ( cela rappelle le Crédit lyonnais, on adore les structures ad’hoc de
« défaisance » qui évitent de faire apparaître trop clairement les
vrais engagements),ainsi pas de risque, parait il, de dégradation par les
agences de notation.

En vérité, on a pas seulement noyer le poisson et cacher ces risques que l’on ne saurait voir. On a aussi
implicitement reconnu que jamais ce nouveau prêt financé par le privé, ne sera
remboursé. Il ne reste plus qu’à en faire autant pour les dettes
souveraines !

Journal d'1 République... |
sarkosy un espoir pour la f... |
Sylvie Trautmann |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Union Pour le Développement...
| Vu de Corbeil-Essonnes
| ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU...