• Accueil
  • > Archives pour décembre 2011

5 décembre, 2011

Pour sauver l’euro

Classé dans : Non classé — elis @ 19:13

Quelles réformes pour sauver l’Euro ?

 

Peu de chance que l’€ résiste si des solutions « restructurantes » ne sont
pas mises en place maintenant. Les bonnes intentions pour le futur et la
révision des traités sont nécessaires mais  pas suffisantes.

Les deux solutions évoquées jusqu’alors pour application immédiates, mutualisation des
dettes ou planche à billets. ne tiennent pas la route.

Dans lepremier cas c’est encore s’enfoncer un peu plus dans l’endettement et même les
riches vont être fortement menacés. On vient de le voir avec le
« floc » du dernier emprunt allemand.

Dans le second cas, c’est la BCE qui se retrouve avec des milliards de créances à
valeur 0 (elle en a déjà 190) et l’inflation qui finira bien par arriver. De
toutes façons,  c’est une illusion. Lorsque
les crédits ouverts à guichets ouverts arrivent dans l’économie réelle ils se
cristallisent. Personne ne veut trop prêter ni trop accroitre ses emprunts en
temps de crise.

Non, la seule et vraie solution c’est le maintien de l’Euro comme monnaie de réserve
internationale et le rétablissement des monnaies nationales. Chaque pays verra
la vraie valeur de sa monnaie immédiatement fixée par les marchés. Car Il
faudrait évidemment les laisser faire. Et à partir de là les ajustements se
feront d’eux même. Mais même si les banques centrales, réhabilitées pour gérer
à nouveau leurs propres monnaies, tentent d’intervenir, au final il faudrait
lisser les marchés trancher pour que les devises nationales retrouvent leurs
vraies valeurs économiques rendues impossible depuis 10 ans par la monnaie
unique.

Et une fois ce premier retour à la vérité accompli il faudra reconstruire l’Europe mais
avec un vrai pouvoir européen au centre et donc avec un vrai parlement élu et
un gvt qui en soit un avec les pouvoirs de décision et de coercition nécessaires. L’Europe fédérale est indispensable pour la prospérité et l’avenir du continent.

 

Pourquoi la planche à billets ne
marchera pas ?

Parce que, outre les risques sérieux d’inflation, mais pas avérés, rien ne sera vraiment
réglé. L’Amérique d’Obama est d’ailleurs en train de le démontrer. Les énormes
dettes subsisteront, celles des Etats et des banques en particulier. Avec la
planche à billets on les aura même de nouveau augmenter. Tous les canards
boiteux de l’économie du crédit , maintenus en vie, grâce à l’endettement
facile, seront encore là. Aucune purge n’aura été exercée alors que ce qu’exige
la fin de la crise pour pouvoir repartir sur des bases assainies, c’est
précisément la purge de 30 ans de dérives par des crédits trop faciles et des
taux ridiculement bas. Le vrai crédit se paye en fonction du risque. Il n’est
pas gratuit.

L’éclatement de l’Euro déclenchera t’
il  l’apocalypse ?

C’est ce que nous prédisent tous les jours les économistes officiels. Difficile pour eux de
dire autre chose. D’ailleurs ils n’en savent rien. Tout ce qu’on peut prévoir
c’est que ce ne sera pas du « gateau » !

Essayons tout de même d’imaginer ce qui pourrait se passer. La Grèce vient de sortir,
d’elle-même, ou poussée dehors par les européens sérieux. Les officiels
européens ont enfin réalisés que les parités faute d’avoir été réajustées
depuis 1999 , font craquer l’Euro de toutes parts et on commence enfin à
réaliser « qu’il faut réajuster les parités ».Il faut éclater pour
mieux recréer et repartir sur des bases saines. Comment ? en rétablissant
les monnaies nationales sur parités fixées par les gouvernements mais en
laissant des changes flottants dans toute l’Europe. Ainsi les marchés , in fine,
trancheront et montreront aussi à tous les citoyens les bêtises ou pas que font
leurs gouvernements . Si les taux de change montent , c’est que leur
gouvernement fait bien son travail…et inversement s’ils chutent.  Le meilleur moyen de savoir combien valent les monnaies c’est de laisser les marchés donnent leur vraie valeur à celles ci. Le
drachme : 0,10 €; la peseta : 0,4€ ; la lire : 0,6€ ;
la France :? Et ainsi de suite. Il suffit de regarder l’état du commerce
extérieur, la dette et les décisions prises par les gouvernements  pour en avoir une vague idée.

Les créanciers verront leurs créances souveraines s’effondrer d’autant. Mais
beaucoup s’en débarrassent déjà à qui mieux mieux , les banques bien sûr mais
beaucoup d’autres, à commencer par les fonds de pension US et les fonds d’assurances
vie. Ce qui restera en fin de compte c’est ce que les Etats européens et les
banques pourront peut être rembourser un jour, dans 10 ans ou plus, à condition
d’ici là qu’Etats et banques aient changé leur façon de faire, que les
déséquilibres criants entre recettes et dépenses de fonctionnement aient été
abolis et que le crédit ne soit plus gratuit. Entre temps beaucoup de faillites
sans doute et pas mal de dégâts sociaux à réparer. Mais les politiques sont là
pour ça et dans les pays européens il y a du « gras » et on peut
demander aux classes moyennes et aisées de se serrer un peu plus la ceinture. Elles
n’en mourront pas.

Et l’Europe nous direz vous ? Et bien il faut la reconstruire et le plus vite  possible et en consultant les peuples ce qui demandera pas mal de temps et de pédagogie.

La révision des traités que Merkel et Sarkozy vont proposer aux 27 dès le 9 décembre prochain
avec : majorité qualifiée à 85%, règle d’or pour les budgets annuels,
commissaire européen pour surveiller, et sanctions automatiques en cas de
dérapages serait déjà une bonne chose. Ces mesures sont bonnes, espérons que
beaucoup d’Etats s’y rallieront et, qu’en France notamment, elles pourront être
votées avant avril 2012 et sans blocage par la cour constitutionnelle, mais pas
sûr du tout.

Car s’il faut une révision de la Constitution il est sûr que, sur des arguments
fallacieux, comme d’habitude, les socialistes ne la voteront pas. Et si ces
textes doivent être votés après les élections d’avril 2012 idem. Et c’est bien
pourquoi la première chose à faire est bien de rétablir les monnaies nationales
( pas besoin d’une révision constitutionnelle sans doute) tout en maintenant
l’Euro en tant que monnaie de réserve du continent, et en continuant de le
faire gérer par la BCE dans le cadre des traités actuels.

Journal d'1 République... |
sarkosy un espoir pour la f... |
Sylvie Trautmann |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Union Pour le Développement...
| Vu de Corbeil-Essonnes
| ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU...