• Accueil
  • > Archives pour février 2012

2 février, 2012

presidentielle incertaine

Classé dans : politique France Présidentielle — elis @ 19:21

-

2 février 2012

Présidentielle incertaine

La présidentielle est dans moins de trois mois mais la classe politique française a du mal à changer ses habitudes alors que la crise mondiale et la situation périlleuse de l’économie française appelle maintenant des changements radicaux et l’adaptation à un nouveau monde.

Les réformes nécessaires on les connaît. Le modèle est quasi universel

  • Il faut baisser les dépenses publiques, surtout quand elles représentent 56% du PIB, le record de l’OCDE
  • Libérer les entreprises, et notamment les PME, des charges qui les entravent, impôts trop lourds, droit du travail anachronique
  • renforcer la fiscalité qui touche les classes moyennes et supérieures : CSG ou TVA ciblée et bien sûr protéger les plus pauvres.
  • S’attaquer aux monopoles et faire jouer la concurrence
  • Et en France supprimer immédiatement les folies socialistes de l’ère Jospin, retour progressivement aux 39 h, fin de l’ISF mais aussi des niches fiscales, sauf celles qui créent fortement des emplois
  • Et enfin ramener la dette en 5 ans à 65 % du PIB et le déficit public à 3% et, pour que tout cela soit crédible, il faut dire clairement comment on va faire et s’y tenir

Le problème c’est qui pour le faire et comment le faire?

Le comment est presque le plus facile. Il faut s’arrimer à l’Europe le plus rapidement possible, copier la plupart de nos voisins, et surtout l’Allemagne, déjà très en avance sur nous sur la voie des réformes nécessaires.

Le vrai problème c’est qui ? Heureusement, aujourd’hui, on constate de légers frémissements vers ce qu’il faudrait faire dans notre chère classe politique. Mais évidemment pas partout. Eliminons d’emblée les extrèmes qui refusent l’Europe..Mais impossible de s’arrêter là. Le PS, lui, en est encore à 1981 ou presque : renforcement des services publics, multiplication des impôts et mariage gay. Une petite lueur du côté des PME mais, horreur, maintien mordicus des 35h, de la retraite à 60 ans pour certains, enfin et surtout, remise en question des accords européens et refus de la règle d’or. Ce n’est pas du côté Hollande que viendront les solutions crédibles. Exit aussi les verts qui avec les 4% promis à Mme joly ne compte plus dans le paysage.

Reste deux lueurs d’espoir, l’une du côté de Sarkozy qui, à 100 jours de son départ, commence timidement à sembler vouloir faire ce qu’il aurait du faire depuis longtemps. Lui non plus ne touche pas trop à nos vaches sacrées du service public mais il ose parler TVA sociale, accords européens avec Merkel, libération du marché du logement et surtout accords de compétitivité qui pourraient devenir obligatoires par accord majoritaire des salariés de chaque  entreprise, hors petites. Sarko promet aussi le rétablissement des comptes dès 2016. Tout cela est pas mal et cela fait de Sarko un candidat presque crédible…à condition qu’il tienne car le gaillard change un peu trop souvent de direction.

Beaucoup  de nos voisins se sont retournés vers  des accords implicites droite gauche et parfois des techniciens (Monti) au lieu des politiques pour s’attaquer aux problèmes en renonçant à  l’électoralisme et au clientèlisme habituels.
Mais rien de tel en France et c’est bien dommage

Reste Bayrou. Qui vient de présenter son programme et ,surprise , lui aussi, ce n’est pas trop mal. C’est même mieux que sarko sur les grands équilibres . Il annonce la couleur. 100 milliards à trouver, 50 %par réduction des dépenses publiques ( Il ose) et 50 % par les impôts, mais surtout rabot sur les niches fiscales .C’est équilibré et c’est ce que tous les gens sérieux proposent de faire. Et , bien entendu, il garde tous les accords avec l’Europe et accepte aussi la règle d’or.

On peut donc supposer que si Bayrou , au 1° tour arrive en deuxième position il n’aura plus qu’à négocier. Avec qui ? Si le N° 1 est hollande, ce qui est le plus probable il doit rallier à lui  l’UMP. Le fera t il ? Il sera peut être plus tenté de se tourner vers le PS. Dans une situation aussi inédite , difficile de dire ce qui adviendrait.

De toutes façons face à Le Pen, au moins 20%, et Sarko, au moins 23%, on voit très mal Bayrou au second tour. Par contre , vu son programme, si Sarko est encore là face à Hollande, c’est à lui qu’i devrait dédier ses voix. Et si c’est Le Pen, on connaît la réponse. Elle aura contre elle70% des votants.

En résumé des lueurs d’espoir du côté de deux candidats au moins mais une situation qui demeure fort confuse.

 

.

Journal d'1 République... |
sarkosy un espoir pour la f... |
Sylvie Trautmann |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Union Pour le Développement...
| Vu de Corbeil-Essonnes
| ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU...