4 mars, 2009

La SEC a t elle précipité la crise ?

Classé dans : Economie — elis @ 11:54

 

Les régulateurs européens devraient lire cet article d’un financier US

Good Intentions, Unintended Consequences

By Frank Holmes
 

Not long ago, financial regulators told Congress that the year-old accounting rule known as FAS 157 had little to do with last year’s string of high-profile bank failures. This blanket exoneration, however, is not supported by the evidence.

While I don’t think FAS 157 is the only reason for the problems encountered by banks, brokerages and other financial firms, it seems that this rule and other regulatory actions may have played an unintended yet significant role by exaggerating the risks associated with the banks’ heavily leveraged balance sheets.

It’s important that these potential cause-and-effect relationships be explored because the Obama administration and Congress have made it clear that enacting more market regulations will be one of their top priorities. But this is a delicate time in our financial markets-the layering of complex new rules over complex old rules without fully understanding how they will fit together could cause more harm than good.

FAS 157 changed how companies establish the value of securities when there is little or no active trading in those securities. As a result of this rule change, many financial companies have written off untold billions of dollars worth of securities on their balance sheets, even if these securities continued to produce income.

 

Some charts tracks the relationship between quarterly operating EPS for the S&P 500 and the net EPS, which includes writedowns and other special one-time items. As it is seen, for most of the past 20 years, the two lines have moved together. But look at the last months -the operating profits were down, but net earnings were down far greater.

I believe a strong case could be made that the sharp falloff in net earnings is largely due to FAS 157-related writedowns by financial companies, which were the largest sector of the S&P 500.

We all want the financial sector to be healthy again, but as Forbes accurately pointed out this week, FAS 157 takes away the time these institutions need to heal. A lack of healing time in the 1930s, when rules similar to FAS 157 were in place, deepened and prolonged the Great Depression.

Concerning the current financial meltdown, Wall Street, Main Street and government agencies were all excessively leveraged, and a rule change for short-selling that eliminated the uptick rule set off a feeding frenzy by predatory short sellers. Banks and brokerages sought to raise capital to rebuild their balance sheets, but short-selling mercilessly drove down the value of their shares and impaired their ability to raise enough new money.

Lacking capital, the banks had to cut back on new loans, which hurt manufacturers and others that need access to short-term working capital to run their businesses. Products didn’t get made, workers didn’t get paid and before long the economy ground to a halt.

The banks also made margin calls against existing loans, including those to highly leveraged hedge funds. To get their hands on cash, the hedge funds sold liquid assets, among them natural resources and emerging markets equities that had been performing so well.

 

Others charts plots the performance of the S&P 500 Financial Index alongside the VIX (10), which measures market volatility, for 2007 and 2008. The general trends are clear to see: the financials declined more than 60 percent over the period, while market volatility dramatically increased.

Key events during the two years are :

Event 1-In July 2007, the SEC removed the uptick rule that required any short sale of a stock be done following an uptick in the price of that stock. The S&P financials essentially traded sideways prior to the removal of the uptick requirement, but they fell more than 12 percent in the first month after the rule change and at the same time the VIX nearly doubled.

Event 2-Volatility leaped in mid-November 2007, at the same time that FAS 157 was implemented. The S&P financials continued trending down. Citigroup CEO Charles Prince retired under pressure and Merrill Lynch CEO Stanley O’Neal was ousted around this time.

Event 3-In mid-March 2008, Bear Stearns collapsed under the weight of its exposure to mortgage-related derivatives, creating another volatility spike.

Event 4-In mid-July, the SEC restricted short sales of the 19 largest financial companies. This included shares of Fannie Mae and Freddie Mac, both of which had huge exposure to mortgage securities. The beleaguered S&P financials bounced up on the news, while volatility declined.

Event 5-In mid-September, just a few days after the collapse of Lehman Brothers, the SEC temporarily banned short selling of about 1,000 financial stocks. Many of these companies had reported many billions of dollars in FAS 157-related write-offs. Initially, the S&P financials popped up but the longer-term downward trend quickly resumed. Volatility shot up to record levels.

That these market events occurred in tandem with significant regulatory actions was likely not a coincidence.

I have no doubt that the elimination of the uptick rule and the implementation of FAS 157 were intended to benefit investors, just as Sarbanes-Oxley was when it was enacted several years ago. And under different circumstances, the impact of these rules may have been less onerous on the financial companies. But with so much balance-sheet leverage for these companies, it turned out to be a recipe for disaster.

It reminds me of 1986, when markets were hammered by the combination of the Reagan administration’s tax reforms, a rapid falloff in oil prices and the high degree of leverage being carried by savings-and-loans. Any one of these challenges would not have been a big problem-putting them all together led to the failure of hundreds of financial institutions and destabilization of the nation’s banking system.

Like in 1986, the fundamental problem in 2008 was dangerous levels of debt carried by Wall Street banks and brokerages (along with Fannie Mae and Freddie Mac) and Main Street homeowners.

There may have been a way to address the current overleveraging in an orderly fashion if the rules were different, but as the chart above supports, a case could be made that the convergence of FAS 157, highly leveraged balance sheets and the loss of the uptick rule were the trigger that set off the financial meltdown.


 

1 mars, 2009

La crise vue par Christian Lambert*

Classé dans : Economie — pyrrhon @ 15:16

 

La crise vue par Christian Lambert*

 

 

Plus on parle de la crise, moins on y voit clair. En fait, la cause fondamentale de cette descente aux enfers est simple. C’est, consciemment ou non, l’application de l’idéal marxiste : « A chacun selon ses besoins. »
« Pourquoi n’aurais-je pas une belle maison, une belle voiture, une belle guitare ? J’y ai droit. Mais je n’ai pas un sou pour les acheter… » Qu’à cela ne tienne, les banques prêteront ce que vous voulez. Vous rembourserez plus tard et si, finalement, vous n’êtes pas en mesure de rembourser, la commission de surendettement, pour ce qui est de la France, remboursera à votre place avec l’épargne du contribuable travailleur et économe. Pas de souci.

C’est ainsi qu’aux Etats-Unis, notamment, furent distribués aux classes défavorisées, en majorité des noirs et des latinos, des milliards et des milliards de dollars. Le social était respecté, oui, mais ni le bon sens, ni la prudence. On connaît la suite.

En France comme aux Etats-Unis, l’omniprésence de la publicité médiatique pousse chaque jour à acheter et à payer plus tard, et ça continue. On a commencé par dire que la crise frapperait l’Amérique mais pas la France où « le système bancaire est très solide ». Puis, en un deuxième temps, on a appris que la crise était grave. Et aujourd’hui on entend qu’elle est très, très grave. Le pire du pire est annoncé par certains. Ils décrivent un scénario-désastre sans précédent : fermeture des banques, fin de l’euro, ruine générale des particuliers et des entreprises, faillite des Etats.
Cette prévision a quelque chose de logique. Mais, pour ma part, je n’y crois pas. Le patrimoine des nations n’est pas seulement financier, il est aussi constitué de richesses concrètes. On ne reviendra pas à l’âge des cavernes. La crise prendra fin, mais quand ? Là est la vraie question. Dans trois à cinq ans à partir d’aujourd’hui ? Les effets de la grande crise de 1929 n’ont été effacés qu’en 1952, en 23 ans ! On sait qu’il est beaucoup plus facile de supprimer un million d’emplois que d’en créer un autre. Pour cela, il faut une croissance de 2 à 3%. On en est loin maintenant. Mais on finira par s’en sortir.

La vérité, dussé-je me répéter, est que si l’on dépense plus que ses fonds propres – particuliers et entreprises – on se place en position vulnérable et précaire. La vérité est que l’esprit de jouissance ne doit pas toujours l’emporter sur l’esprit de bon sens. La vérité est que l’on n’a pas besoin de trois véhicules par famille, de vacances à répétition, à la mer, à la montagne, aux Caraïbes, au Costa Rica, au pôle Nord, au pôle Sud et sous l’Equateur. C’est ce qu’on appelle la surconsommation, la grande cause de la crise. Largement encouragée par tous les économistes bien pensants du monde et par Greenspan, en particulier, au motif que la consommation est le seul moteur qui vaille pour la croissance.

 
La vérité est que, sauf une grande chance au loto, il faut travailler pour gagner et épargner et ne pas tout attendre d’un Etat-providence qui, à force de bontés électoralistes, est en faillite. On ne peut distribuer ad vitam aeternam des milliards à ceux qui ne font pas grand-chose d’autre que de regarder la télévision que ce soit aux USA ou en France
Ceci dit, il ne faut pas oublier qu’avant même la crise, l’état de la France était déjà déplorable avec les dépenses publiques les plus élevées du monde développé (54% du PIB), un Etat surendetté (66% du PIB) et une fiscalité record (45% du PIB).

Alors que le plan de relance de toutes les nations importantes inclut une baisse sensible des impôts (aux Etats-Unis pour 95% des contribuables), en France, le levier fiscal sera peu utilisé avec cette idée d’alléger les impôts de ceux qui n’en paient pas. Je rappelle que les 67 milliards d’euros de prélèvements obligatoires que Nicolas Sarkozy avait, pendant sa campagne, promis de supprimer sont complètement oubliés.

En revanche, tout le monde s’acquittera de la demi-douzaine de taxes nouvelles créées depuis l’élection du chef de l’Etat, en attendant toutes les autres. On sait que la politique des dirigeants de la France est d’augmenter constamment la dépense publique et corrélativement les impôts, le contraire d’une saine gestion. Dans ces conditions, le déficit annuel sera de 80 milliards d’euros en fin d’année et, comme vient de le révéler le président de la Cour des comptes, la dette déjà colossale du pays augmentera de 200 nouveaux milliards d’euros en 2010. Elle friserait alors les 80% du PIB, voire davantage. Quant à la sécurité sociale, n’en parlons pas. A soigner gratuitement toute la misère du monde, on en est pour 2008 à 15 milliards d’euros de déficit.

Il y a pire sur la planète, me dit-on. C’est vrai, mais, pratiquement, les intérêts de la dette française, c’est tout de même 44 milliards d’euros par an. En 2010, ce sera 54 milliards et peut être 60 milliards. Pour les trois dernières années, cela fait plus de 100 milliards. Eh bien, avec 100 milliards d’investissements, on aurait pu améliorer la vie quotidienne et le pouvoir d’achat des Français et que l’on ne vienne pas nous dire que ce triste bilan, c’est la faute à Voltaire, la faute à Rousseau, au grand capital, à l’esclavage, au colonialisme, au fascisme, à l’impérialisme…
Les choses sont beaucoup plus simples : c’est la faute à une mauvaise gestion et à une démagogie permanente, ainsi qu’à un aventurisme financier affairiste tous azimuts, pratiqués depuis plus de 30 ans par des politiciens sans courage qui finalement cèdent à toutes les revendications des professionnels patentés de la manifestation de rue.

 

*ancien ambassadeur de France

1 février, 2009

La crise, acte II

Classé dans : Economie — elis @ 11:52

 

La Crise, acte II.

 

Il est clair que personne ne sait rien et que personne ne sait ce qui va se passer. Les capitaux se réfugient sur les bons du trésor court terme du gouvernement américain et refusent tout investissement en actions, ce qui précipite la déroute des actifs des banques et des assureurs et  n’arrange pas les choses. Etouffement et langueur des crédits en dépit des délirants plans de relance de tous les gouvernements qui suivent les bonnes lois de panurge. Si tout le monde se jette de la falaise, c’est bien qu’il y a quelque chose à y gagner. Ou encore, si toutes les mouches aiment la m…. , ces milliers de mouches ne peuvent pas se tromper.

Les banquiers ne prêtant plus, leurs bilans étant trop déséquilibrés, l’économie mondiale, gorgée aux crédits faciles pendant 30 ans, commence à vaciller. Des entreprises qui ne vivaient que de cela, et qui en profitaient même pour en acheter d’autres à crédit, avec effets de levier, chiffre d’affaires record en expansion constante par croissance externe, et donc plébiscitées par la bourse, se retrouvent, brusquement, dénudées. Leurs emprunts déments leur coûtent cher. Les entreprises achetées valent déjà beaucoup moins et les châteaux de sable qu’elles avaient érigés, vacillent.

Alors les Etats arrivent avec leurs gros souliers et dépensent l’argent des contribuables qu’ils n’ont jamais su gérer. On saupoudre, on écoute les plus criards. Tous les lobbys sont à la manœuvre. Parions déjà que dans la hâte et l’inexpérience des fonctionnaires d’Etat, ce ne sont pas les potentiels plus qui seront aidés, mais plutôt beaucoup qui n’en auraient pas eu besoin, et aussi, beaucoup qu’on va encore prolongés quelques temps, mais qu’il eut mieux valu laisser s’éteindre ou se reconvertir seuls, drastiquement. L’automobile US en est le plus bel exemple.

Rappelons aussi que ce que l’on fait en 2009 est le clône exact de ce qu’a fait Roosevelt en 1929….et que cela n’a strictement rien donné. La crise a duré jusqu’en 1939.

Garantir les dépôts bancaires ? oui, indispensables . Il faut de la monnaie fiable et des dépôts garantis pour les déposants si l’on ne veut pas déclancher l’affolement des foules. Là, les Etats ont bien faits.

Prêter aux banques pour reconstituer leurs fonds stables ? Encore oui, les ratios Cook doivent être assurés, faute de nouvelles paniques. Là encore, les Etats ont bien faits.

Le nouveau problème, on le voit déjà venir, va être celui des Etats. Ou trouver les sommes colossales mises en œuvre pour relancer les économies ? La planche à billets demain et pour commencer emprunts d’Etat. Pour le moment, cela marche merveilleusement bien, puisque les capitaux en mal de placement plus sûrs que les actions, s’y précipitent. Mais la démesure dans les sommes prêtées aux Etats, notamment aux US, trouvera bientôt ses limites et surtout, tout ce qui est pompé par les Etats et qui ne va plus, sinon par des circuits tortueux et bureaucratiques, dans l’économie rèelle, introduit des distorsions colossales dans l’allocation rationnelle des ressources aux besoins. C’est l’ordre naturel des marchés, au niveau de la micro économie, qui a raison. Contrairement à tout ce que disent les panurges socialisants d’aujourd’hui, le grand retour des Etats, disons plutôt  l’étalement et l’expansion des Etats, déjà plus que largement présents, ne pourra être qu’encore un peu plus catastrophique. Avis de tempête en cours. Pas par défaillance des marchés, mais par défaut du rôle, régalien, et indispensable, de régulation des Etats. On a laissé se créer produits dérivés, subprimes, swaps, ventes à découvert et autres plaisanteries plébiscitées par tous les acteurs des marchés puisqu’on les laissaient faire, et que gagner de gigantesques sommes d’argent sans rien faire, quel acteur aurait pu résister ?

Et après avoir laisser faire ces gigantesques bêtises, voilà que les Etats  se mêlent de réparer l’économie. Au secours le socialisme revient.

C’est surtout des Etats-Unis  que vient le danger. Les républicains n’ont pas régulé. Les démocrates vont étatiser. Tout ce qu’il ne fallait pas faire, ils le font, à tour de rôle, l’un après l’autre.

Une seule voie de salut pour le monde : « reréguler » le fonctionnement des marchés ; le G20, en Avril, s’y mettra peut être sérieusement, il faut ardemment le souhaiter.

Ensuite, espérer que Chine et Japon se montreront réticents à continuer à prêter à taux zéro aux US. Il faut que les taux commencent à remonter pour que les énormes masses qui se sont abritées sous le parapluie du trésor US commencent à refluer vers l’économie réelle. Il y a tellement de bonnes affaires à ramasser pour rien aujourd’hui, qu’il y aura sans doute très vite quelques indépendants lucides pour s’y risquer….mais ils seront d’autant plus nombreux si les obligations commencent à faire peur.

Quant au dollar, en bonne économie – dette énorme et comptes extérieurs béants – ….il vaudrait mieux qu’il s’effondre. Tous les actifs dollars remonteraient à leur juste valeur. Le commerce exterieur US commenceraient à se rééquilibrer et les capitaux abrités frileusement sur le dollar commenceraient enfin à aller voir ailleurs. Par la même occasion, les américains auraient moins à rembourser et leur gigantesque dette commencerait à diminuer. Rien que du bénéfique et du retour à de sains équilibres, quelque soit le côté vers lequel on se tourne, si « le roi dollar » commençait à décliner .

Ceux qui freineront, ce seront les grands émergents, les BRIC et le Japon, grands créanciers de l’Amérique,  qui ne souhaitent pas trop voir leurs créances diminuer.  Mais qui les empêchent de reconvertir leurs énormes réserves de change vers leurs marchés intérieurs ? Pas facile, lent, mais il faudra bien y venir un jour. Si les échanges mondiaux se rééquilibrent vers ceux qui en ont réellement besoin, tous les exportateurs des riches, à commencer par les géants US, y gagneront, et l’on retrouverait alors des conditions de fonctionnement des échanges internationaux beaucoup plus normales et satisfaisantes.

Ce que le monde attend aujourd’hui, tout laisse à penser que ce devrait être une remise en ordre et une normalisation réelle des taux de change, par la fin des interventionnismes débridés des chinois, japonais et autres sur leur taux de change et par le refus absolu de tous les protectionnismes et manipulations bureaucratiques des monnaies.

Il n’y aura pas de nouveau Bretton Woods sur les changes. Trop d’intérêts contradictoires de trop grandes nations s’y oppose. Tout ce qu’on peut espérer c’est plus de souplesses et des réajustements progressifs des taux vers des valeurs plus réalistes et correspondant au dynamisme respectif de chaque continent et de chaque nation dans une économie monde ouverte et libre. En ce moment c’est le monde économique à l’envers. Espérons seulement que demain il sera un peu plus rééquilibré. Un Yuan et un yen plus cher. Un dollar moins cher et un Euro au prix de ses échanges avec le reste du monde : cher si le Deutch mark commande, faible si les pays du « club med » imposent leur modèles sociaux et leurs économies déclinantes.

1 janvier, 2009

cérémonie des voeux

Classé dans : politique France — pyrrhon @ 18:46

 Monsieur le président de la république,

 

Permettez nous tout d’abord de vous féliciter pour l’incroyable dynamisme que vous avez déployé tout au long de l’année passée qui vous a valu, au demeurant, d’être nominé troisième personnalité de l’année par le magazine Time, juste derrière Barack Obama et Henry Paulson, excusé du peu. Vous vous retrouvez ainsi au niveau de ces personnalités qui ont eu et qui auront demain  l’avenir du monde entre leur main, ce qui prouve que votre présidence européenne et votre style ont au moins fortement marqué l’élite américaine.

Vous comprendrez alors combien nous nous sentons intimidés, et saisis de beaucoup d’humilité, de devoir dans ce propos marquer nos louanges mais aussi nos réserves sur les innombrables actions que vous avez conduites avec la maestria que le monde entier salue.

 

Au chapitre de votre présidence européenne, convenons que vous avez arraché à l’Irlande un nouveau retour devant les urnes qui  permettra peut être de remettre les institutions européennes sur les rails d’un fonctionnement viable à vingt sept.

Vous avez du aussi, lors de la crise Georgienne, concéder l’Ossétie du sud et l’Abkhazie à l’ogre soviétique, ce qui, en dépit des coups de pattes donnés au grand principe Onusien du respect des intégrités territoriales, était sans doute assez réaliste. Poussé par Henry Guaino, votre insistance à traiter la Russie avec compréhension  et respect, pour ne pas donner au KGB régnant (pardon FSB) l’impression qu’on ne comptait pas seulement sur l’Amérique pour bâtir la grande Europe, mais aussi sur eux, à notre humble avis était en revanche une erreur. A ce stade des rapports est ouest il valait sans doute mieux garder l’impassibilité du sphinx et ne point dévoiler la moindre stratégie. Enfin vous avez su arracher un accord plein de concessions pour mettre l’Europe à la tête du combat climatique contre le réchauffement de la planète. Par ces temps plutôt frisquets, osons vous dire que sur ce type de dossiers, le doute s’insinue parfois dans nos esprits.

 

Mais revenons à plus sérieux et traitons enfin des multiples dossiers et réformes que vous avez initié dans l’Hexagone.

 

Parce que nous sommes d’horribles esprits chagrins nous oserons les résumer en trois parties :

 

  • Des bonnes choses
  • Beaucoup de bruit pour rien …ou presque
  • Les réformes essentielles qui attendent

 

LES BONNES CHOSES

 

Il y en a une, évidente : la réforme de la Constitution et les plus grands pouvoirs donnés au Parlement- choix de l’ordre du jour, droit d’amendement et suivi des recommandations parlementaires, moindre recours au 49-3 etc…C’est une grande et belle réforme qui renforce la vie démocratique dans notre pays. Mais comment la gauche a-t-elle osé refuser cette réforme ? « Plus sectaire et de mauvaise foi que la gauche, tu meurs », comme on dirait dans les banlieues.

Il y a aussi, nous semble t il, d’assez bonnes choses dans la loi de modernisation de l’économie : le statut de l’auto-entrepreneur, le renforcement de la concurrence et le réexamen des marges arrières dans la grande distribution, les délais de paiement plafonnés à 60 jours.

D’autres secteurs de votre activité protéiforme semblent aussi prometteurs : un meilleur contrôle européen de l’immigration clandestine et une politique de quotas d’immigration par secteurs économiques prioritaires, qui parait plus sérieuse que la politique traditionnelle d’assistanat de la gauche, à la recherche permanente d’électeurs encartés. Idem pour les efforts faits pour promouvoir la diversité culturelle et la jeunesse désoeuvrée des banlieues.

 

BEAUCOUP DE BRUIT POUR PAS GRAND-CHOSE.

 

Vous nous permettrez toutefois d’être plus dubitatifs devant un certain nombre de réformes, non essentielles à nos yeux, et pour lesquelles on aurait peut être pu se dispenser d’aller donner des verges pour se faire battre.

La réforme des lycées, un travail de Sisyphe et un succès inaccessible. Dans le monde enseignant, dominé par la gauche et avec des parents qui jettent allègrement leur gamins dans les rues : trop dangereux. La réforme de la carte scolaire était pourtant une bonne chose mais, à l’Education nationale, il vaut mieux se contenter platement de s’assurer que les écoles privées ont les moyens de fonctionner, et ce sera déjà pas mal. Vive la concurrence.

Les demélés avec d’autres bastilles étatiques et para publiques : justice, SNCF, enseignement supérieur, établissements de soins trop dispersés….pas très convaincant non plus. Certes quelque grignotages bien venus semblent acquis : carte judiciaire, régimes spéciaux , CHU….mais à quel prix ? Difficile de le savoir mais il semble toutefois qu’on ait fait beaucoup de concessions  pour isoler les fortes têtes et acheter les consciences de gauche.

Enfin les deux derniers en date :  la réforme de l’audiovisuel et le travail du Dimanche. Encore des réformettes qui n’apportent pas grand-chose aux grands problèmes que doit affronter la France.

Dans l’audiovisuel public, comme le plus souvent ailleurs, la gauche règne en maître. Elle y a multiplié les fromages pour ses affidés, rendus possibles par le double flux de recettes de la pub et de la redevance. Et disons le franchement, les télé publiques sont aussi racoleuses que les télé privées avec la coloration gauchisante en plus. Pas brillant. Il n’y aurait sans doute que deux voies pour résoudre le problème : mise en concurrence du public et du privé, mêmes règles et fin de la redevance, ou reconversion d’une chaîne publique, interdite de pub, et financée exclusivement par l’Etat avec un budget sérieusement contrôlé. Mais pour le moment le gouvernement avait mieux à faire que de se « colleter » avec la hargne furieuse de la gauche télévisuelle pour une réforme bien modeste.

Avec le travail du Dimanche, ramené in fine à sa plus simple expression, c’est encore pire. C’est un problème qu’il fallait laisser aux bons soins des élus locaux le cas échéant . Dans ce domaine pas de vérité toute faite, mais encouragements à des enquêtes d’opinion publiques et à une extension si les grandes surfaces, leurs salariés et les consommateurs le réclament fortement.

 

LES GRANDES REFORMES A PEINE ESQUISSEES

 

Evidemment la crise est passée par là, qui a changé la donne. La mode étant maintenant à la relance keynésienne on n’allait pas vous demander, Monsieur le Président, de faire comme Angela Merkel, et d’être réticent à toutes mesures qui creuserait encore plus le déficit budgétaire.

Heureusement, vous n’avez pas hésité une seconde et vous vous êtes engagé avec allégresse dans des plans de relance et de sauvetage tous azimuts. Cela donnait tout à coup un alibi en or à vos inclinations naturelles et à votre réticence à toute mesure d’économies qui déplaisent tellement à nos compatriotes. Maintenant, bien sur, le résultat est là : 70 milliards de déficit budgétaire annoncés ( 2 fois plus qu’en 2006) et au finish, probablement, 5% du PIB en 2009 et une dette publique qui explose.

Bien sûr, les meilleurs économistes français vous expliqueront que cela n’est rien comparé à l’Amérique, au Japon et à Berlusconi. Mais vous savez aussi que les deux premiers n’en souffriront pas dans le coût de leur dette- la premiere parce qu’elle dispose « du roi dollar », encore seule et unique monnaie refuge pour les capitaux du monde entier, le second parce qu’il a une balance commerciale largement excédentaire et un taux d’épargne domestique considérable. Seul le malheureux Berlusconi – et bientôt Gordon Brown- peuvent être comparés à nous et pour eux, comme pour nous, la note va être salée ; des taux d’emprunts d’Etat nettement supérieurs à la moyenne européenne et une charge annuelle  de la dette qui va représenter nettement plus que le produit de l’impôt sur le revenu.

Alors envolée, la première des grandes réformes nécessaire, à savoir la baisse des prélèvements obligatoires et envolée, par voie de conséquence, car les deux sont intimement liés, toute chance de voir le chômage baisser. Bien sur la crise, et c’est une chance pour vous, en sera rendue responsable. Mais la vérité est toute autre .Il y a la crise bien sur mais il y a encore plus nous-mêmes et notre refus à nous serrer la ceinture sur des dépenses publiques excessives  et inefficaces.

Et le chômage s’accroissant rapidement, on voit mal comment les budgets sociaux ne vont pas continuer à se détériorer eux aussi : assurance chômage et assurance maladie en déconfiture, et, bien sûr, déséquilibre croissant des caisses de retraite sous le poids grandissant de notre vieillissement et du refus d’allonger fortement l’âge de la retraite.

 

Mais nous ne vous en tiendrons pas rigueur Mr le Président. Ce n’est pas à vous seul, cible privilégiée des attaques démagogiques et irresponsables de la gauche, que nous pouvons demander de porter le fardeau des vraies réformes. C’est toute la droite parlante et responsable qui devrait se réveiller et expliquer que nous ne résoudrons pas les problèmes des banlieues, ni celui du chômage, ni celui de nos déficits publics si nous n’avons pas des services publics plus performants, si nous ne travaillons pas plus longtemps et si nous n’expliquons pas tous les jours que l’ISF et les 35 heures sont  des absurdités économiques à remiser d’urgence au placard des illusions socialistes. Nos services publics devraient apprendre d’urgence à se serrer la ceinture faute de quoi nous finirons ruinés comme l’Argentine et d’autres il y a quelques années. Monnaie dévaluée, emprunts ruineux, fuites des capitaux et investissements insuffisants, voilà ce qui nous attend si nous ne révisons pas très vite nos modes de pensées socialistes dominants. On ne peut avoir les taux de prélèvements obligatoires les plus élevés du monde, sans leurs corollaires obligés : le chômage de masse et l’impossible intégration des banlieues par le travail.

 

Il y a encore une dernière chose Mr le Président sur laquelle nous aimerions que quelques portes paroles courageux et efficaces de la majorité se réveillent, c’est l’incroyable déni de démocratie dont souffre la vraie France. Il n’y a pour exprimer la moindre opinion sur le moindre évènement, qu’un seul son de cloche, celui des syndicats dits représentatifs, infime quarteron de fonctionnaires du syndicalisme, payés par les contribuables ou les usagers, et sans aucun contradicteur valable si ce n’est le malheureux porte parole du gouvernement, nécessairement engoncé lui aussi dans le politiquement correct. Mais quand cessera donc de n’entendre dans nos chers médias que ces seules voies, en position de monopole quasi absolu, pour nous dire tous les jours ce qu’il faut penser sur tout, dixit « la désespérance de nos hôpitaux publics, le manque de moyens de notre Education nationale, l’absence scandaleuse de logements pour les pauvres, sans parler des effectifs insuffisants dans les transports publics ».

 

Mais encore une fois, Monsieur le Président, ce n’est pas à vous que nous demanderons de tenir des propos dérangeants, qui ne pourraient qu’être outrageants pour  la majorité de nos concitoyens et qu’ils ne sont pas prêts à entendre. En revanche, rien ne vous interdit d’aider à la prise de parole des quelques audacieux qui seraient prêts à promouvoir quelques unes des vérités premières  énoncées ci-dessus. En y regardant de près, il se pourrait même qu’on en trouve…. parmi les journalistes du Monde et pas seulement à la rédaction des Echos ou de la Tribune.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12 décembre, 2008

La crise,l’Amérique, le monde

Classé dans : Economie — elis @ 16:43

 

La crise, l’Amérique, le monde.

 

 

En ces temps de « crise », difficile de conjoncturer et d’appréhender ce qui pourrait bien se passer.

La crise ? Elle existe mais quelles seront son ampleur et sa durée ? Evidemment personne n’en sait rien.

ni les économistes

ni les gouvernements

et encore moins les journalistes .

 

Heureusement il semble qu’il y ait tout de même deux ou trois choses qu’on sache.

 

  • 1. il fallait sauver les banques. On l’a fait, et c’est très bien, au demeurant en ne leur faisant pas de cadeaux: prêts à 8% en France, 10% demandés par la CEE, 12% en Grande Bretagne.
  • 2. il ne faut surtout pas faire de protectionnisme: l’APEC a magnifiquement pris les devants en disant surtout pas de protectionnisme trans-pacific. Bien plus discutable le fonds Sarko de la CDC pour protéger nos entreprises nationales d’éventuels prédateurs. Si ce n’est pas du protectionnisme (dont on rappelle qu’il fut l’élément majeur de la crise de la dépression mondiale entre 1929 et 1940) qu’est ce que c’est?
  • 3. faut il relancer au risque d’augmenter les dettes?
  • a. un tout petit peu et sur des mesures à effet immédiat: oui. Exemple: prime à la casse française: pas mal. Idem plafond des prêts à taux zéro réévalué
  • b. massivement en déséquilibrant un peu plus dans le sens trop de crédit: non. Si les banques sont trop frileuses, tant mieux. Ne jamais oublier que c’est à cause de leurs excès de prises de risque qu’on en est là! Quelque soient les contorsions intellectuelles, on ne peut soigner un malade qui a la diarrhée en lui faisant avaler de l’huile de ricin.
  • c. quand la Suède et le Canada se sont trouvées en cessation de paiement pour excès de déficits publics, ils ont fait des économies drastiques et ont réduit le train de vie de leurs administrations pour le plus grand bien de tous. Toutes proportions gardées, l’Allemagne suit leur exemple. Dommage que la France fasse tout le contraire…et encore plus l’Amérique qui continue à profiter de son statut «impérial» et de son dollar refuge. Cà ne durera pas éternellement!
  • d. Investir pour le long terme: oui. Vouloir absolument relancer la consommation par le crédit facile: non!
  • 4. Faut il revoir les règles prudentielles bancaires et le fonctionnement des dérivés de crédit? oui. Les experts mandatés par le G20 s’y collent. Très bien.
  • 5. L’Amérique maître du monde? c’est toute la question. La crise boursière et le fantastique rebond du dollar ont été déclanchés par les gérants US. De fait ce sont eux qui avaient excessivement fait gonfler les bourses, toutes les bourses mondiales. Maintenant ils les ont tué. Et maintenant tout les medias crient à la crise…et les comportements des citoyens du monde s’inscrivent dans ce schéma…et la crise s’entretient d’elle-même. C’est le cercle vicieux parfait. On serait tenté de penser que pour que tout revienne à la normale, il suffirait que les bourses remontent. Ce sera le cas si les gestionnaires de fonds américains se décident à revenir sur les actions.
  • 6. Mais revenons encore à l’Amérique. Est elle vraiment, avec ses 25% du PIB mondial, le seul acteur qui compte? En bourse, oui. Elle doit faire au moins 60% des investissements boursiers mondiaux, mais en économie réelle, non! Elle ne vaut qu’un quartcomme l’Europe et le Japon un huitième! Et le reste a démarré depuis plus de 10 ans sa longue marche vers la croissance. Cela ne s’arrêtera pas: Europe, Etats-Unis et japon seront progressivement grignotés par les anciens pauvres de l’Asie du sud est ou d’Amérique latine.
  • 7. Faut il faire des plans de relance? L’Allemagne ne le pense pas, vs America qui en serait à 10.000 milliards de dollars.???? Mais personne ne trouve cela ahurissant. Les fonds de placement ont déjà recréé une nouvelle bulle: celle des T.bonds à Court Terme. L’Amérique aurait dégagé au moins 10% de son PIB pour des plans de relance, l’Europe 1,2%. Selon Keynes- très prisé par les temps qui courent- «quand le privé ne dépense plus, il faut que le public le fasse à sa place». Une chose est sûre: tout cet argent sorti de nulle part ou de la planche à billets devrait pousser ensuite à l’inflation. Paniqués par les risques de déflation les gouvernements inondent de nouveau le monde de liquidités. Est-ce une bonne chose? Pas sur. La dette des états va s’envoler et qui va souscrire? Les épargnants japonais, européens, le trésor public chinois? peut être, mais pas les américains: ils n’ont pas un dollar en poche.
  • 8. Et comment le pétrole qui valait 145 il y a 5 mois peut il valeur 40 aujourd’hui? Qu’un acheteur immobilier attende et n’achète pas d’accord, que les vendeurs attendent aussi, tout se bloque. Ou alors la majorité des vendeurs doivent absolument vendre et les prix baissent. Mais le pétrole, tout le monde en a besoin tous les jours. Alors comment une baisse d’une telle ampleur est elle possible et explicable sinon par des manœuvres spéculatives sur les «futurs et les options» qui dispensent les opérateurs boursiers d’apporter des biens réels en contrepartie. Ne restent plus alors que les anticipations affolées ou avides des cerveaux humains sur un écran informatique. On nous explique tous les jours que puisque, il va y avoir crise, on consommera moins de pétrole. Certes, mais aujourd’hui on en consomme à peu près toujours autant. Et demain bien malin qui pourrait prévoir les niveaux de l’offre et de la demande. Force est de conclure que les cours du pétrole (et des autres matières premières) ont quelque chose de virtuel. C’est un jeu internet. Ce n’est pas une confrontation de l’offre et de la demande sur un marché transparent. Ce sont des échanges virtuels qui font le prix et non la confrontation d’une offre et d’une demande réelles. Encore un jeu spéculatif. Si j’étais la Chine je me précipiterai pour acheter du pétrole au cours actuel sur 10 ans!!!

 

 

10 novembre, 2008

Obama super star, S 1, ép 1

Classé dans : International — elis @ 10:43

 

Obama super star, Saison 1, épisode1

 

La crise financière, à un mois des élections US, ayant joué un peu le même rôle que l’attentat de Madrid 4 jours avant les élections espagnoles il y a 5 ans – traumatisme aigu dans l’esprit des électeurs, qui balaie tout sur son passage – il n’était pas difficile de prévoir que le camp sortant serait viré avec pertes et fracas. Les républicains sont morts, vive les démocrates. Avec la majorité au Congrès et leur candidat élu brillamment, que vont-ils faire maintenant ?

Une chose est sure, Barack Obama, nouvelle idole des foules dans le monde entier, a beaucoup d’atouts dans son jeu. Par sa seule présence il délivre une nouvelle image de l’Amérique, le seul état du monde ou tout peut arriver et ou, en 47 ans, un gosse noir de Chicago, hier encore parfait inconnu, peut devenir président de la première puissance mondiale. Ainsi la méchante puissance capitaliste et impérialiste devient elle du jour au lendemain la terre de tous les espoirs et de tous les possibles. La plupart des américains, grands enfants s’il en fut, pourront donc de nouveau se faire aimer de par le monde, eux qui par la faute de Bush, pensaient ils, étaient détestés du monde entier.

Obama a deux autres atouts considérables : d’abord il est noir, et dans l’Amérique esclavagiste du Ku Klux Klan, il est le héros qui a vaincu les méchants blancs aux yeux du monde entier et en particulier des français. Il devient ainsi une formidable icône marketing à laquelle on pardonnera beaucoup, quelle que soit la politique qu’il conduise. Mais son second atout est encore plus important : tout comme Tony Blair, pour lequel Margaret Thatcher avait fait auparavant le sale boulot, Bush a fait le sale boulot en Irak. Cela lui a valu une impopularité record mais le résultat est là : Avec les bases US au moyen orient , 50 % des ressources pétrolières mondiales (RAU,émirats, Irak) sont sécurisées, ce qui ne serait évidemment pas le cas avec Sadham soutenu par la Russie et avec la RAU et les émirats déstabilisés par le fanatisme islamique… alors que ce dernier se retrouve aujourd’hui endigué et bien contenu par la présence US aux côtés des monarchies pétrolières.

Mais revenons à l’élection d’Obama et à la venue des démocrates au pouvoir. Passée la vague d’enthousiasme qui a saisie une partie des populations du monde, est ce qu’il y aura vraiment demain, grâce à leur arrivée, un meilleur avenir possible ? Force est de constater que l’on peut en douter sérieusement car tout ce que peuvent faire les démocrates au pouvoir, s’ils sont fidèles à leur doctrine et à leurs promesses électorales, ce ne sera pas d’améliorer le sort du monde mais plus sérieusement de l’aggraver.

Comment et pourquoi ? C’est ce que nous allons tenter de voir en examinant leurs orientations économiques, puis leurs choix de politique étrangère.

A noter, cependant, que ce n’est pas tant d’Obama lui-même que pourraient venir les changements. Belle prestance, belle gueule et voix de bronze, Obama est un excellent politicien qui sait surfer sur les sondages, mettre les médias dans sa poche et récolter avec maestria des sommes colossales pour une campagne électorale, mais  il est parfaitement impossible de dire aujourd’hui s’il a des opinions personnelles qu’il tentera de faire valoir.

Mais revenons aux démocrates.  Le parti de l’âne a un corps doctrinal dont il n’a jamais dévié et le puissant retour au pouvoir dont il bénéficie va l’amener, surtout en période de crise, à pousser les valeurs dont il est porteur et cela ne sera pas nécessairement bon pour la planète tant sur le plan économique que dans le domaine de la politique étrangère.

 

 

  1. Programme économique

 

En politique économique , on connaît la tendance. Ce qu’ont fait Greenspan et Bernanke c’est très largement ce que toute la gauche américaine souhaitait : toujours plus de crédit pour les masses populaires, pour l’achat des maisons et pour la consommation avec les cartes de crédit, crédits que les dites masses se révèlent bien incapables de rembourser avec le retournement des marchés, la chute de l’immobilier et le fort ralentissement économique qui s’annonce. Pas très sorcier de prévoir ce que vont faire les démocrates à leur arrivée aux affaires et avec leur majorité absolue au Capitole. Ils vont sans doute effacer en partie les dettes des plus pauvres (rappelons qu’il y a eu 500000 $ en moyenne de prêts « subprime » prêtés à 3 millions de ménages pauvres américains, ce qui fait déjà 1500 milliards de dollars qu’il faudra bien que quelqu’un prenne en charge même si tout n’est pas effacé). Le gouvernement US va prendre aussi à son compte, sans trop d’exigences, les produits toxiques des banques couverts par le plan Paulson. Encore au minimum 1000 à 1500 milliards de $ de dépenses disent certains experts. Cela commence à faire beaucoup. Il y a en outre un secteur ou les démocrates interviendront sans doute avec plus de vigueur que ce qui s’est fait jusqu’ici : c’est la politique des grands travaux , Keynésianisme et référence à 1929 oblige. En théorie c’est une bonne chose. Les « utilities », les réseaux de distribution d’eau et d’électricité, beaucoup d’infrastructures sont délabrées. Mais qui paiera ? Les taxes ? impossibles. Les 20% d’américains les plus riches qui supportent à eux seuls 80% des impôts, laminés en partie par la crise et souvent proches du pouvoir démocrate, s’en défendront âprement. Restent les emprunts de l’Etat fédéral et des collectivités locales dont on connaît l’état d’exubérance extrême et de folie excessive en terme d’endettement. On peut douter que japonais et chinois continuent à soutenir éternellement cette fuite en avant de la dette américaine même s’ils n’ont pas intérêt à voir le dollar s’effondrer, leurs créances prenant ainsi le même chemin.

On arrive ici au cœur du problème. Pendant conbien de temps encore l’Amérique va-t-elle pouvoir continuer à s’endetter comme elle le fait ?

Les républicains ou plutôt les patrons successifs de la FED n’ont rien fait. Avec la crise, seule une certaine purge- pilotée et contrôlée pour ne pas qu’elle s’emballe – serait nécessaire. Les républicains ne l’aurait sans doute pas fait (Voir combien on leur a reproché l’abandon de Lehman). Mais on peut être encore plus certain que les démocrates ne le feront pas non plus. On sauvera tout ce qui peut l’être, banques , entreprises et particuliers (On va déjà commencer par l’industrie automobile) et on le fera en empruntant encore, tant qu’on pourra et que les taux des Fed funds ne monteront pas trop haut, et aussi, sans doute, en faisant tourner la planche à billets. On continuera à inonder les marchés de liquidités et ce qui a créé la crise continuera à être délibérément poursuivi. Les pyromanes, contraints et forcés, continueront à jeter de l’huile sur le feu pour l’éteindre.

Deuxième domaine d’inquiétude : Avec les entreprises une autre évolution est à craindre. Les démocrates vont certainement vouloir  sauvegarder les emplois en augmentant les protections douanières de l’Amérique. Et si les américains, champions théoriques du libre échange, le font, évidemment, tout le monde le fera, et plutôt deux fois qu’une. Cela sera préjudiciable pour le commerce mondial et le richesse collective de la planète. Doha a déjà plus que du plomb dans l’aile mais cette fois il sera, probablement, bel et bien mort et enterré.

 Or, contrairement à ce qu’on lit tous les jours dans la presse, ce n’est pas tant le laisser faire libéral et l’abandon sans parachute des canards boiteux qui a provoqué la grande crise de 1929, mais bien plutôt l’escalade et la compétition exacerbée dans les protections douanières et l’explosion du nationalisme et du protectionnisme économique. Du coup le commerce mondial s’est effondré et la récession mondiale s’est accélérée. Et c’est à nouveau la grande menace d’aujourd’hui.

 En conclusion, difficile de se montrer enthousiaste sur le plan économique avec l’arrivée des démocrates au pouvoir. Pour être honnête, pas sûr non plus qu’un Mac Cain aurait pu faire mieux tant les défis sont colossaux. De toute façons il y aura crise. Il faudra la subir, les américains en premier, et au bout du compte, les structures de l’économie mondiale, et le rôle de l’Amérique et du dollar, après la crise, auront certainement changés. Quand et comment ? Impossible de le dire. Mais certainement pas du jour au lendemain.Une lueur d’espoir avec le G20 mais que va-t-il en sortir ?

 

  1. orientations de politique extérieure

 

Avec la politique internationale ce que nous promettent les démocrates n’est pas non plus très réjouissant.

D’abord le repli sur soi bien sûr. L’isolationnisme a toujours été une valeur sûre aux Etats-Unis, en particulier dans l’électorat démocrate- mais elle le sera plus que jamais.

Et puis pour se faire aimer de toutes les forces de gauche de la planète, on se gardera bien de faire de la peine aux dictatures. Mieux on ira dialoguer avec elles pour bien les comprendre, ne pas les brusquer et se garder de toutes initiatives intempestives. Attentisme devrait être ainsi pour un temps le maître mot. Plus personne dans l’immédiat n’ira arrêter l’Iran – s’il ne le fait pas lui-même- dans la conduite à bonne fin de son programme nucléaire. Il n’est même pas sûr qu’en Irak on ne commette l’erreur de rapatrier les troupes trop tôt.

Enfin on se montrera souple avec la Russie et s’il lui prend l’idée de continuer à jouer des muscles vis-à-vis de l’Ukraine, des pays baltes ou de telle ou telle zone du Caucase, sans même parler de la Georgie, parions que Washington n’aura pas trop envie de la contrarier. L’Amérique sera bien trop affaiblie et bien trop occupée par sa propre crise pour cela.

 

En Conclusion

 

Telles sont les futurs probables pour les années à venir si l’histoire ne nous réserve pas l’une de ses surprises dont elle a parfois le secret. On pourrait par exemple imaginer  que l’inconnu Obama ne soit pas du tout le  toutou du parti démocrate mais un  personnage conservateur au fond, ardent défenseur de la prééminence américaine, plutôt centriste en politique intérieure et plutôt dur en politique extérieure . Il s’est déjà prononcé pour le maintien de la peine de mort et la vente libre des armes à feu. Pourquoi ne serait il pas le représentant d’une Amérique musclée , moins dispendieuse et apte à défendre les principes mêmes du capitalisme, la compétition et le libre échange dans les marchés mondiaux, s’il est persuadé que c’est l’intérêt de l’Amérique et de ses concitoyens ? Au fond nous n’en savons rien. Roosevelt élu en 1940 sur la promesse qu’il n’engagerait jamais l’Amérique dans la seconde guerre mondiale, l’a pourtant fait en 1941. Alors quien sabe ?

12 octobre, 2008

la grande crise du crédit

Classé dans : Economie — pyrrhon @ 9:01

 2 octobre 2008

Bourse et casino,internet,produits dérivés, crise du crédit

.

Une fois de plus les marchés financiers montrent leur extraordinaire côté casino et machines à gains rapides pour ceux qui sont tous les jours sur leur écran. L’essentiel n’est pas de savoir ce que l’on vend ou achète mais d’aller, dans l’heure ou la minute, dans le sens du vent . Renifler et flairer la tendance et foncer, si possible sans rien miser. Evidemment, à ce petit jeu, on peut parfois perdre, mais rarement, tant les statistiques du jour et les inclinaisons des « futures » donnent sans grand risque le sens du vent pour la journée dans la plupart des cas. L’essentiel est de faire comme tout le monde et d’aller dans le sens de la foule pour gagner le maximum d’argent. Les « short » ou les « long » sont là pour ça !

A ce petit jeu, en période d’incertitude, tous les mouvements sont amplifiés et parfois de façon absurde. C’est ainsi que depuis deux mois toutes les matières premières, sous toutes leurs formes, prennent une claque énorme, sous prétexte que le monde entrant en récession, il y aura beaucoup moins de demande et que les prix de celles-ci vont s’effondrer. C’est naturellement vrai en partie mais qu’  un Total, 4eme major mondial du pétrole, n’ait plus qu’un PER de 6 alors qu’il fera encore 15 milliards de bénéfices au moins en 2009, il y a de quoi s’interroger ou se dire, qu’avec un peu de liquide, il y a de bonnes affaires à faire. Comme toujours la bourse anticipe mais dans la démesure en ramenant à rien ce qui dans la réalité continue à valoir beaucoup et, dans l’autre sens , au moment des bulles, pousse au pinacle des valeurs qui ne valent pas trois francs six sous.

En ce moment la débâcle n’a pas atteint tout le monde. Un DJ à 10500 $ avec un sérieux ralentissement qui pointe c’est encore beaucoup trop. Quand il sera à 8000 et encore plus à 7000 ( rappel point bas 2003 :7500) on aura atteint le fond et à ce moment les bourses stopperont leur chute. Ce n’est pas très sorcier de prèvoir cela. Il suffit de regarder les planchers atteints après 2001 et jusqu’en 2003.Ainsi le CAC a 2400 en2003 et à 3000 aujourd’hui a ebcore une petite reculade devant lui. Des millions de gens ont ces seuils en tête et ils vont en tenir compte incessamment. Les hausses comme les baisses sont largement assise sur des réactions psychologiques.

 

6 octobre 2008

 

Aujourd’hui, nouveau black Monday, le DJ a perdu à un moment 900 points pour passer à 9500 puis remonter à 99OO dans la dernière heure. Volatilité, panique, tout est massacré sans discernement. S’agissant des banques on peut le comprendre. Mais plus étonnant alors que le DJ a perdu un peu moins de 20% à ce jour , les matières premières, les valeurs aurifères,  les valeurs pétrolières ont perdu au moins 30%, au nom de la crise qui approche.

Les seules valeurs sur lesquelles on se rue : les bons du trésor US avec ainsi des rendements de plus en plus bas. En somme la seule chose de valeur est aujourd’hui la colossale dette US encore aggravée par les plans Paulson et les 1000 ou 2000 Milliards annoncés pour sauver les banques . On semble ainsi marcher sur la tête. La crise est née de façon flagrante d’un excès de crédit et on continue à en fabriquer encore et encore plus.

La question peut se poser : n’est on pas en train de faire fausse route en continuant à inonder un peu plus chaque jour le monde de liquidités ? Pour ne pas faire comme en 1929, on fait exactement le contraire.

Mais reconnaissons toutefois qu’il est nécessaire que les gouvernements se remuent pour réamorcer la pompe. Les garanties apportées par les Etats sur les prêts interbancaires sont une excellente chose. L’interdiction des ventes à découvert aussi. L’erreur est sans doute de ne pas l’avoir fait plus tôt, et dans le monde entier, car une chose est sûre : à l’heure d’internet, les Etats ne peuvent plus jouer en ordre dispersé. Ils ont en face d’eux un acteur mondial unique, le marché, aux réactions instantanées et immédiates. A la moindre faille, le marché s’y engouffre. Cette crise est bien sûr celle du crédit facile mais c’est aussi celle d’une nouvelle ère technologique que les gouvernements ont mal appréhendés et dont jusqu’à ce jour ils n’ont pas tenu compte dans les instances de régulation. De même que mai 68 est indissolublement lié à l’arrivée des transistors, la grande crise financière de 2008 repose aussi sur l’internet. Pas exclusivement bien sûr mais il en est le facilitateur.

 

Et , en vrai libéraux , ne résistons pas à l’insertion dans ce texte, d’un excellent article (cf ; ci dessous) qui rappelle, qu’en bonne logique, lorsque les gouvernements créent beaucoup plus de monnaie papier que le travail qu’elle devrait représenter cela finit toujours (Law, Weimar…) par une catastrophe. Et bien nous y sommes !

 

Vendredi 10 octobre 2008

 

Le capitalisme meurt de sa monnaie
Simone Wapler

 Avant le capital, il y a la monnaie
 Toutes les monnaies fiduciaires ont fait faillite
 Les monnaies actuelles n’échapperont pas à cette fatalité

Cette nuit, le 10 octobre, Wall Street puis Tokyo clôturent en très lourde perte :
- Dow Jones : – 7,33%
- Nikkei : – 9,62%

Le CAC40 a ouvert en baisse de 8%.

Les Bourses sont le symbole du capitalisme. Celui-ci est-il en train de s’effondrer ?

Avant le capital, il y a la monnaie
Ce n’est pas le capitalisme qui s’effondre, c’est un système monétaire basé sur une imbrication de monnaies fiduciaires dématérialisées.

Les banques ne sont pas confrontées à une crise de liquidités, elles sont confrontées à une crise de solvabilité, comme nous le clamons depuis des mois. Il ne s’agit pas de manque d’argent temporaire. Il s’agit de la capacité à faire face à leurs obligations et leurs engagements.

Nous avons atteint le point de non retour. A toute émission supplémentaire de monnaie, les marchés réagissent désormais avec un sursaut de bon sens : négativement. Trop c’est trop, semblent-ils dire. Dans leur aveuglement et leur surdité les banques centrales, autistes, baissent leurs taux.

La monnaie fiduciaire a toujours fait faillite
Dans un monde idéal, la monnaie fiduciaire pourrait marcher. Mais nous ne vivons pas dans un monde idéal, il n’existe pas.

Depuis la nuit des temps, les humains ont essayé de trouver un système d’échange fiable, de peaufiner le troc. La monnaie n’est pas autre chose qu’un moyen de stocker du travail déjà fait pour pouvoir l’échanger plus tard. La première richesse, c’est celle que procure le travail.

La monnaie a donc toujours été ancrée à un actif tangible qui exigeait l’exécution préalable d’un travail : or, argent, coquillage rare, perle. On pouvait choisir d’aller chercher la monnaie (or, coquillage), mais cela demandait du travail.

La monnaie fiduciaire n’est pas ancrée sur un actif tangible. Elle repose sur la confiance. Fiducie = confiance. Il faut faire confiance à l ‘émetteur qui bat monnaie en fonction de sa richesse.

Les monnaies fiduciaires ont toutes fait faillite car l’émetteur a toujours succombé à la tentation d’émettre plus que ce que sa richesse lui permettait. Le monde idéal, ce n’est pas ici. Au paradis, la monnaie fiduciaire règne peut-être.

Les monnaies actuelles n’échapperont pas à la faillite
Nous avons été ivres de consommation, d’émission monétaire et les gouvernements successifs des pays riches ont acheté de la paix sociale en émettant de la monnaie.

Le dollar étalon, qui arrange tout le monde, repose sur du vent : une montagne de dettes publiques et privées. 10 250 milliards de dollars. Ce chiffre n’a plus aucun sens,  c’est presque 30 % du PIB mondial annuel.

Les réserves internationales reposent sur ce dollar. Toutes les banques centrales ont émis de la monnaie au motif que « si les Etats-Unis le faisaient, pourquoi pas nous ? ».

Des gouvernements complaisants ont poussé les banques centrales à émettre cet argent sans travail, basé sur aucune production de biens ou de services. Les politiques de relance par la consommation incitent les gens à dépenser ce qu’ils n’ont pas encore. Les cadeaux fiscaux aggravent les déficits budgétaires.

L’imbrication des monnaies fiduciaires est telle que la faillite sera collective.

Apprendre à vivre sans crédit
Il va falloir nous habituer à dépenser ce que nous avons déjà et non dépenser ce que nous n’avons pas encore. Ce sera vrai à titre individuel comme à titre collectif.

Le problème, que découvrent aujourd’hui avec stupeur les anglais, est que l’épargne « garantie » ne peut être retirée. En gros,  » c’est garanti, d’accord, mais n’y touchez pas ».

En France, hier, une cliente de la Caisse d’épargne était pour la première fois contactée par téléphone par son conseiller financier qui lui proposait un prêt !

27 septembre, 2008

Crise financière et géopolitique

Classé dans : Economie — elis @ 17:31

 

Crise financière et géopolitique mondiale

Dans nos bulletins de juillet, nous évoquions les inquiétudes que suscitaient les moeurs financières américaines et le déclin probable et inéluctable de la première économie mondiale face aux grands pays émergents, à leur soif de croissance et à leurs atouts démographiques.

Et bien nous y sommes. L’histoire s’accélère et le déclin longtemps masqué, se manifeste aujourd’hui sous les traits d’une crise financière majeure. Mais que s’est il donc passé et pourquoi cette crise ?

Sans être devin on pouvait déjà voir les maux qui minaient l’économie US.

Un finance hypertrophiée croulant sous les liquidités trop généreusement distribuées par A. Greenspan puis B. Bernanke, et un décalage grandissant entre l’économie réelle et l’économie de casino poussée  par la finance. Argent liquide à emprunter super abondant, et gratuit en termes réels, usage massif de l’effet de levier par tous les acteurs financiers et croyance quasi généralisée par tous les acteurs du nouveau jeu, en général des quadra ou quinqua qui n’avaient jamais connu autre chose, que la croissance ne pouvait être qu’éternelle et qu’il suffisait de donner des masses de crédit aux consommateurs américains pour que tout aille pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles, avec un PIB  imperturbablement croissant de 5% par an.

Et bien non ! Ce n’est pas seulement comme cela que cela marche ! La vraie croissance c’est aussi et surtout du travail, de l’épargne et de l’investissement judicieux, toutes choses qu’on avait manifestement oublié dans l’Amérique hyper consommatrice.

Ajoutons à cela quelques super gadgets pour financiers, banquiers et boursiers déboussolés par les gains trop faciles :

 

  • Produits dérivés, hedge funds : on ne sait pas trop ce qu’il y a dedans mais leur valeur, constamment gonflée par le jeu des crédits faciles, pouvait représenter jusqu’à 10 ou 20 fois leur valeur réelle.
  • Produit risqués hors bilan: encore mieux , les ratios de solvabilité bancaires pouvaient d’autant mieux apparaître reluisants que la comptabilité ignorait les engagements hors bilan.
  • Agences de notation complaisantes et recours massif à l’emprunt et à l’effet de levier qui permet de maximiser les profits pour des mises minimes ….quand ça monte. Et quand les marchés s’effondrent, on a encore une parade, la vente à découvert sans aucune mise de fonds. Et là encore à condition d’être rapide, on continue à gagner beaucoup d’argent

 

Tout aurait pu continuer ainsi éternellement si deux grains de sable conséquents n’étaient venus gripper soudainement le mécanisme :

  • D’abord une méfiance généralisée au sein du système bancaire sur la qualité réelle des actifs détenus par chaque établissement. D’ou un blocage dramatique des prêts interbancaires et une incapacité pour beaucoup à se procurer les liquidités indispensables à la vie de leur établissement mais aussi indispensables à l’économie en général. Tout le monde s’est mis à suspecter tout le monde d’être porteur, sans le dire, de produits toxiques. Dès lors qu’on ne prêtait plus, qu’on ne s’épaulait plus, tout le système financier s’est mis à vaciller.
  • Le deuxiéme grain de sable est fondamental: les autorités monétaires américaines avaient décidé fin 2007(?) que désormais les engagements hors bilan devraient être réintégrés dans les comptes officiels et que ceux-ci seraient évalués à leur valeur de marché. Ce souci de transparence et de vérité est la véritable cause de la crise. Il a précipité les banques d’affaires et les grands assureurs dans la faillite dès lors que leurs actifs s’effondraient (parce que le marché les dépréciait massivement) et qu’ils étaient automatiquement conduits à la faillite par insuffisance de fonds propres et emprunts massifs sans contreparties à l’actif.

 

 

C’est alors qu’intervient le gouvernement Bush : sauvetages et nationalisations en chaîne (Freddy Mac et Fanny Mae, AIG, WAMu etc…) au programme et pour finir recapitalisation de la FED par le trésor et un grand plan de rachat-à quel prix ?- de tous les produits toxiques des acteurs financiers qui pourraient coûter quelques 1000 milliards au budget américain et enfoncer théoriquement un peu plus le dollar.

Il parait assez clair  que démocrates et républicains au congrès, approuveront ce gigantesque plan de « défaisance » dès lundi prochain. Ils ne peuvent faire autrement, sauf à déclancher une panique généralisée dans toute l’économie mondiales. Mais la vraie question est : qu’y aura-t-il dans ce plan de défaisance ? A quel prix l’Etat rachètera t il les actifs toxiques ? Et banquiers et spéculateurs seront-ils suffisamment sanctionnés ?

La morale et la logique voudraient que les auteurs de ce fiasco soient punis comme ils le méritent. Ils ont joué, ils ont perdu. Les actifs toxiques devraient être rachetés à leur prix réels pour moins que rien et les banques appelées à tomber devraient tomber, tout en redonnant aux plus sages la garantie du gouvernement pour redistribuer du crédit aux entreprises et à l’économie, mais pas de trop aux consommateurs imprudents. Mais faut il aussi soutenir les ménages trop endettés et prendre des mesures keynésiennes de relance comme le proposent aussi les démocrates au risque de plomber encore plus le déficit budgétaire et de menacer encore plus la valeur du dollar ?

 

Et ceci nous amène au cœur de la problématique sur l’économie américaine et mondiale.

On est tout de même dans un curieux système dont rien ne permet de penser qu’il n’ait pas été sciemment ou implicitement organisé entre Chine, Japon et Etats-Unis.

Les deux premiers n’ont pas de pétrole mais en ont impérativement besoin. Le Moyen Orient est le cœur du système et dispose de 50% des ressources pétrolières mondiales. L’Amérique, première puissance militaire mondiale, s’emploiera à les sécuriser, d’ou la guerre en Irak et l’éviction de Saddham, en échange de quoi, Japon et Chine fourniront toutes les liquidités nécessaires au Trésor américain. Et cela marche ! La RAU et les émirats ne sont plus menacés par Saddham, l’Irak (10% des réserves mondiales) reprend ses exportations de pétrole et confie à une société chinoise le premier permis d’exploitation étranger sur son sol ; le terrorisme fanatique islamique n’a plus aucune chance de s’installer sérieusement dans la régions et ne pourra plus se manifester que par des attentats sporadiques.

Quid de la suite ? Japon et Chine ne souhaitent certainement pas voir s’effondrer plus avant les énormes créances qu’ils détiennent sur le trésor américain. Ils doivent donc dire aujourd’hui, soyez « dur » sur le plan bancaire, et dur sur le plan économique. L’économie doit être purgée mais non noyée. On vous aidera encore à condition que vous ne vous effondriez pas et que vous colliez à nouveau à l’économie réelle. Purgez la finance. Laissez nous investir dans les grandes entreprises américaines, leurs cours remonteront et, de notre côté, nous commenceront à réévaluer modérément nos monnaies pour les amener progressivement à des niveaux de cours plus réalistes. Nos importations de pétrole nous coûteront moins cher et notre consommation interne, en Chine au moins, sinon au Japon, devrait relayer le léger affaiblissement de nos exportations.

En somme, on a bien voulu vous aider pour l’Irak – c’était notre intérêt bien compris – on veut bien vous aider encore aujourd’hui pour éviter l’effondrement de l’économie mondiale, et on souscrira, cette fois encore, aux émissions du trésor US, mais quand le dollar aura repris de la couleur aux environs de 1,30 €, il ne devrait plus compter que sur lui-même ce qui suppose que votre purge soit réelle : ralentissement de vos importations et redémarrage par les exportations, nos investissement dans vos grandes entreprises (devenant ainsi de plus en plus réellement mondiales et apatrides au niveau capitalistique), vous y aideront.

Ce schéma est il pur spéculation intellectuelle ou pourrait il réellement exister ? Il aurait le mérite en tous cas de répondre avec une certaine logique à des constats d’ « imbalances » ou déséquilibres gigantesques et durables qui, sans une explication de ce type, paraissent assez incompréhensibles pour les pauvres  citoyens ordinaires que nous sommes.

30 septembre 2008

 

Surprise ! le congrès US a rejeté hier le plan de sauvetage des banque de Paulson. 1/3 des démocrates et les 2/3 des républicains ayant voté contre. Les démocrates parce que pas assez d’aides aux classes défavorisées victimes des subprimes. Les républicains pour deux raisons essentielles : la crainte de leurs électeurs contribuables qui ne veulent pas payer pour les trop riches de Wall street et aussi les arguments de nombre d’économistes libéraux. Il faut laisser les marchés régler le problème plutôt que les hommes de l’Etat. Les banque les plus fautives seront avalées par celles qui ont été les plus prudentes. Le secteur bancaire sera profondément bouleversé mais il faut laissé les banquiers faire leur travail. Ils sont mieux à même que les hommes de l’Etat de savoir ce qu’ils doivent faire ou peuvent faire.

Pas sûr cependant que dans les prochains jours le congrès ne revienne pas sur son vote négatif. A suivre. En attendant les marchés boursiers, les yeux rivés sur le trésor US et sur la Fed bloqués par le Congrès dévissent brutalement. Deuxième « black Monday en quinze jours.

Dernière remarque : la démocratie US est bien au rendez vous et, démocrates à gauche, et républicains à droite, ont bien des corpus doctrinaux en matière économique totalement opposés.

 

 

16 août, 2008

georgie, nouveau rideau de fer

Classé dans : International — pyrrhon @ 8:14

 15 août 2008

Ne nous y trompons pas. La « petite guerre de Georgie » n’est pas un évènement exotique lointain qui ne nous concerne guère plus qu’une émeute à Haïti ou le soubresauts des provinces rebelles de la Bolivie. Cette fois le monde a bel et bien changé et les américains, dont on ne sait si Saakachvili a agi sans les consulter, ne s’y sont certainement pas trompé. Voir ci après les propos de Mac Cain.

 

John Mac Cain : « les historiens verront le 8 août 2008 comme un tournant tout aussi significatif que la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989. L’attaque Russe contre le territoire souverain de la Georgie marque le retour officiel de l’histoire, et d’un style de compétition, presque XIX° siècle, de grandes puissances, assortie de nationalismes virulents, de batailles pour les ressources, de luttes de sphères d’influence et de territoires et même de l’utilisation du pouvoir militaire pour atteindre des objectifs géopolitiques »

 

Cette fois le voile s’est déchiré sur la véritable nature du régime Russe : une dictature, une vraie. Longtemps les doutes avaient pu subsister. D’abord l’arrivée de Poutine au pouvoir. Un parfait inconnu brusquement intronisé candidat président, puis un attentat «Tchétchène » ( ?) providentiel qui permet de renforcer les mesures sécuritaires et de désigner l’ennemi  à combattre, tout comme l’incendie du Reichtag, en d’autres temps. Poutine président,déjà, sans trop d’opposition réelle. Pourquoi ? Puis la longue suite de reprises en main  : des plus dangereux rivaux politiques d’abord (Lebed qui disparaît dans un accident d’avion providentiel et bien d’autres qui s’exilent avant de connaître le même sort), des grands trusts énergitiques ensuite (Chodokorsky jugé, destitué, emprisonné), apparition du géant Gazprom, indirectement ou directement l’Etat russe dirige tout. Enfin ce sont les médias. Les dernières TV indépendantes disparaissent. Les journalistes les plus gênants sont même assassinés, toujours par des fous irresponsables bien sûr.

En dépit de ce très sombre tableau des doutes pouvaient encore subsister sur la nature exacte du régime. Une reprise en main autoritaire n’était elle pas indispensable après l’anarchie qui avait accompagnée la fin du communisme ?

Mais après la Georgie difficile de ne pas y voir plus clair.

 Ce régime est une dictature, une vraie. Il est sûr de sa force. Il  contrôle maintenant parfaitement 130 millions de citoyens, dispose du plus vaste territoire du monde et de ressources énergitiques considérables. Il sait que la seule chose qui compte pour arriver à ses fins ce sont les rapports de force. Et comme il sait aussi que le Caucase est une menace potentielle pour l’empire et qu’il a déjà réglé le problème Tchétchène avec le brio que l’on sait (capitale rasée et 40000 tchétchènes rayés du monde), il ne voit pas pourquoi il ne commencerait pas à faire savoir aux marches de l’empire qu’il compte bien plus pour les habitants de ces régions que les lointaines démocraties occidentales et leurs faiblesses congénitales. Avec lui au moins pas de discordes politiques sans fin, une aide assurée et une grande stabilité. Le discours a déjà convaincu une minorité georgienne et pas seulement les Ossètes et les Abkazes. Alors allons y. Faisons savoir clairement que la Georgie devrait faire partie de l’empire et démontrons que ce misérable Saakachvily n’est qu’une marionnette car ni l’Europe bien sûr, ni peut être les américains n’ont les moyens ou la volonté de le soutenir. Alors allons y. Et non seulement « les force d’interposition » russes en Ossétie et Abkazie prennent ouvertement le contrôle des deux régions, mais pendant qu’elles y sont, elles s’apprêtent aussi sans doute à atteindre Tbilissi et à aider une faction pro russe à y exercer un gouvernement provisoire en attendant les prochaines « élections démocratiques à la mode russe ». Mais on entre maintenant dans une période d’hésitation car l’Amérique vient de bouger…plutôt habilement d’ailleurs. Elle envoit immédiatement des humanitaires et Condie Rice en Georgie. Difficile d’envoyer les chars quand Condie s’y trouve. Mais malgré tout les chars sont déjà à Gori et sur la mer noire. Les Américains  les observent à la loupe avec les satellites. Que vont devenir ces zones déjà occupées par les troupes russes ? Il sera difficile de les en déloger. Par la force c’est exclu. Bush aura-t-il d’autres moyens de pression plus convaincants ? Il vient déjà de donner son accord à l’installation du réseau antimissile en Pologne. En termes de rapports de force c’est déjà une première réponse convaincante. Nouvelle escalade des occidentaux aujourd’hui. A.Merkel vient de faire savoir aux russes que l’adhésion de la Georgie et de l’Ukraine à l’OTAN restait « toujours d’actualité ». C’est aussi une réplique convaincante….et une dernière carte offert aux russes pour qu’ils se retirent. Le feront ils ?

Inutile bien entendu de compter sur les palinodies européennes. On ne négocie pas avec les dictatures sans aucun moyen de pression sérieux et avec la seule arme des bons sentiments et de la courtoisie obséquieuse pour nos fournisseurs de gaz. L’OTAN et ses décisions sont les seules choses qui comptent avec les Russes. Et A. Merkel, tout comme les américains, est parfaitement consciente de l’enjeu mais pour autant n’hésite pas à durcir le ton en dépit de la menace gazière pour l’Allemagne. C’est une grande dirigeante. Ce n’est pas Chamberlain ! Et cela va peut être tirer la Georgie des griffes de l’armée russe. A suivre.

 

28 août 2008

 

Cette fois la messe est dîte. Abkazie et Ossétie du nord sont tombées dans l’escarcelle de Moscou qui les a reconnu et qui leur enverra ses « ambassades ». Moscou avec l’Abkazie s’est assuré une vaste bande côtière sur la mer noire, ce qui était sans doute le but de toute l’opération. La Georgie est dépecée. Il fallait s’y attendre après le silence de l’OTAN sur son éventuelle intégration dans l’Alliance. Car sur les 10 jours écoulés pas mal d’évènements se sont déroulés.

On a d’abord vu A. Merkel tenter la ligne dure. Après un passage en Russie puis à Tbilissi, elle a annoncé que la Georgie serait dans l’OTAN. Manifestement elle avait pris à ce moment le relai de Sarko qui n’avait pas été suffisamment « persuasif » vis-à-vis des russes .Il n’avait, semble t il, posé aucune condition sur le maintien de l’intégrité territoriale de la Georgie, faute grave . Il aurait même accepté une zone tampon jusqu’à Gori et Poti sur la mer noire avec les « forces de maintien de la paix » russes.

La reculade occidentale est intervenue deux jours après. L’OTAN s’est réuni et a étalé son désaccord aux yeux des russes. France, Espagne, Italie n’ont sans doute pas voulu entendre parler de Georgie dans l’OTAN et, comme l’ont signalé les russes, cyniquement, « la montagne OTAN a accouché d’une Russie ». Dès lors les jeux étaient faits. Les Russes, sûrs de leur coup, ont poursuivi méthodiquement ce qu’ils avaient projeté. Propagande massive et infantilisante à la soviétique, main mise définitive sur l’Abkazie et l’Ossétie du Nord. Retrait des forces russes des « zones tampon » toujours annoncé mais jamais vraiment réalisé. Avec Poti, ils ont un nouveau port sur la mer noire, les zones tampon coupent semble t il encore l’axe est ouest de la Georgie et les chars russes peuvent à tout moment exercer de nouvelles pressions sur Tbilissi. La Georgie, alliée revendiquée des occidentaux, ne pèse plus bien lourd et on peut parier que les russes ne bougeront plus de leurs positions actuelles puisque les zones tampon ou ils se trouvent sont des « zones de maintien de la paix ».  Sarko assure, qu’avec les zones tampon, les russes ne respectent pas l’accord qu’il a signé au nom de l’Europe. A voir. En tout cas cela doit tanguer dans les chancelleries

Si, ce qui reste de la Georgie, après la reconnaissance de l’Abkazie et de l’Ossetie nord par Moscou (et les incertitudes sur les zones tampon), ne rentre pas dans l’OTAN, rien ne sera jamais réglé et les choses ne vont pas aller en s’arrangeant pour la petite Georgie. Le pipe line du sud mériterait pourtant que l’Occident  y réfléchisse à deux fois.

3 juillet, 2008

sarko et l’Europe suite

Classé dans : politique Europe grippages — elis @ 13:17

 

A force de se comporter en politicien franchouillard, Sarko est en train de désagréger l’Europe et d’effacer les aspects positifs de ses premières initiatives européennes.

 

  1. le positif du début de son mandat

a -un effort très net et intelligent pour effacer le non français en s’appuyant sur le parlement français pour revenir à Lisbonne et imposer les majorités qualifiées en Europe

b-Un retour dans l’OTAN et un rapprochement sensible avec les Etats Unis,  seul moyen pour l’Europe de rester crédible sur le plan militaire alors qu’en dehors de la grande Bretagne et de la France, les budgets militaires des 27 n’existent  pratiquement plus.

 

2 le « poujadisme » de son début de présidence européenne

Conseillé sans doute par des gaullistes attardés et des économistes « socialo », voilà que notre « ludion » Sarko veut à la fois :

a-Sacrifier le commerce mondial au profit de la défense protectionniste de la PAC et des agriculteurs français….qui n’en demandent pas tant , alors que les profits de nos céréaliers, très largement non imposables, ont déjà augmenter de 50% en 2007 avec la flambée mondiale des prix agricoles.

 

b-Sacrifier la lutte légitime, et ô combien justifiée de la BCE contre l’inflation, au profit d’une demande réitérée de baisse des taux….comme si la monnaie n’avait aucune importance et que seule comptait les « fausses gentillesses » vis-à-vis des consommateurs et de l’économie. En apparence on donne mais on sait très bien que demain l’inflation reprendra tout. C’était la politique de la France depuis 40 ans. Les politiciens distribuaient. La monnaie s’effondrait. On dévaluait et tout le monde était content. Les salariés et les consommateurs qui n’y voyaient que du feu, mais encore plus les emprunteurs et les endettés, au premier chef l’Etat, qui remboursaient en monnaie de singe. Bien sûr les prêteurs, les épargnants et les investisseurs étaient lésés….et in fine les salariés tout autant, mais tout ceci étant incolore et inodore et tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes politiques possibles. Manque de chance, les allemands se souvenaient, eux, qu’à partir d’un certain seuil, l’inflation peut provoquer des désastres irréparables et qu’elle devient alors un fléau social et économique de première grandeur. Et quand l’Euro est né, ils ont tenu a en garder le contrôle. Ô, ils ont été « cool » au début, ils ont bien voulu que la masse monétaire en circulation continue de s’inflater de près de 10% par an mais, aujourd’hui, ils ont peur- vu la hausse des matières premières- et la très grande majorité des pays européens les suit. Alors Sarko qui veut les ramener au bon vieux temps d’avant l’Euro, est complètement « à côté de ses pompes ». Sa présidence européenne s’annonce déjà comme un fiasco complet tout comme sa politique économique en France.

 

3-Une présidence pour rien ?

 

A ne pas vouloir s’attaquer aux vrais problèmes économiques qui se posent à la France : surendettement, prélèvements obligatoires mortifères, socialisation trop forte de la société française (services publics, administrations et collectivités locales obèses, coûteuses et insuffisamment efficaces )….sans parler d’absurdité hypocrites telles que l’ISF, les 35 heures officielles ou le maintien de nos 250 et quelques niches fiscales, il nous conduit tout droit vers le mur dès l’année prochaine.

Politique réactionnaire de droite avez-vous dit ? Non ! Tout juste la continuité socialiste ou chiraquienne et le même aveuglement devant les réformes qu’il faudrait faire et que l’on ne fait pas et que seuls l’Europe et l’écrasante majorité de nos partenaires européens continueront de nous rappeler.

1...34567...9

Journal d'1 République... |
sarkosy un espoir pour la f... |
Sylvie Trautmann |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Union Pour le Développement...
| Vu de Corbeil-Essonnes
| ARCHITECTURE D'UN CONGO NOU...